mardi 18 mai 2021

Au paradis en un clin d'œil

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

C'est le dix-huitième des Beaux Jours et la Greater Feast du très admirable Elias Ashmole FRS, de sainte mémoire, que DIEU, dans Son infinie bonté, fit mourir en 1692 afin de lui épargner le chagrin de voir sa création, la franc-maçonnerie spéculative, devenir, au XXème siècle, une obscure annexe de rotary club pour notables homaisques de province.

Amis chers, la Lecture de ce mardi est le Liber Liberi vel Lapidis Lazuli Adumbratio Kabbalæ Ægyptorium sub figurâ VII, chapitre 1, versets 36 à 39.

36. Thou art a beautiful thing whiter than a woman in the column of this vibration.

Commentaire : On m'a demandé hier quelle était, de tout le cours de l'histoire humaine, la figure féminine que j'admirais le plus — "en dehors de Jennifer Lopez et de Kim Kardashian, bien sûr."

J'ai dit : "Incontestablement Jingū Kōgō, l'impératrice douairière et prêtresse du soleil, régente du Japon au IIIème siècle 
— non parce qu'elle inventa les ninja en dissimulant dans les chignons de ses guerriers 
(le chignon, c'est la femme) des cordes de rechange pour leurs arcs (colonnes et vibrations indeed), mais parce qu'elle fut, — en tant que badass chick ultime et itako prodige, qui conquit la Corée enceinte de huit mois, — la plus impeccable synthèse de Tiger Lily, Tinker Bell et Wendy Darling que la Terre ait portée."

37. I shoot up vertically like an arrow, and become that Above.

Commentaire : En fait de glose sur ce verset, le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) se contente de dessiner deux flèches verticales, l'une ascendante, l'autre descendante, se faisant face.

Fra Orpheus voit dans ce glyphe : < An intimation of Sagittarius as in verse 9 of this chapter. >

Fra Alion y voit : < An arrow that reaches and unites with "the One" Above. >

Je dis : C'est tout le mystère que contracte la rune Ior ᛡ : le soleil est le cœur d'un système dont l'objet est la Beauté, et le centre secret du soleil en question est Hadit, < le Serpent qui donne Connaissance & Délice et gloire éclatante et fait vibrer les cœurs des hommes par l'ivresse > (AL 2, 22).

38. But it is death, and the flame of the pyre.

Commentaire : Mon fils bien-aimé doit assister, dans les jours qui viennent, aux funérailles de la grand-mère de sa fiancée, et me demandait (compte tenu du décorum imposé par le kayfabe du sketch coronavirus, qui impose aux conjoints de se tenir en dehors des lieux de cérémonies) que faire, religieusement, dans ce cas.

Je lui ai recommandé de dire tout de même l'Hymne à Pan et d'éviter, autant que faire se peut, de porter du noir.

Il m'a répondu ne pouvoir "diplomatiquement", 
— dans le cadre de funérailles trog, et même chrétiennes, — se dispenser de noir, mais être heureux, pour la défunte, que le christianisme de sa famille ne s'étende pas, si j'ose dire, jusqu'à l'inhumation et qu'il soit question de l'incinérer.

Le Livre de la Loi prescrit, comme on sait, la dissolution (AL 2, 44), aussi rapide et complète que possible, de la dépouille d'un mort honorable, afin d'assurer à celui-ci une félicité maximale dans l'au-delà (AL 2, 21) — d'où, en dehors de l'aspect "funérailles lumineuses", l'importance, pour les < seigneurs de la terre > que sont les Thélémites, d'être incinérés : nous régnons sur la < terre noire > (AL 1, 26), la < terre noire > ne règne pas sur nous.

Un rabbin, rosh yeshiva, m'a dit un jour qu'aux temps messianiques, les morts se lèveraient de leurs tombes et qu'il ne fallait, donc, pas détruire leurs corps.

Je lui ai fait remarquer que, notre âme ayant connu d'innombrables guilgoulim, choisir le corps dans lequel "ressusciter" risquait, de toute façon, de poser un sérieux dilemme et que, d'autre part, les vers faisaient comme les flammes — en moins bien, moins propre et beaucoup plus lent.

Le feu est le seul élément incorruptible et le seul qui arrache directement l'âme à ses substrats de liens terrestres, lesquels sont la seule cause possible de souffrance lors du Passage : il n'y a, en revanche, < no dread hereafter > s'il y a < dissolution > (AL 2, 44) : "au Paradis en un clin d'œil", comme disaient les vikings.

39. Ascend in the flame of the pyre, O my soul ! Thy God is like the cold emptiness of the utmost heaven, into which thou radiatest thy little light.

Commentaire : Le rabbin a répliqué que le corps des ressuscités serait un corps parfait, éternel, et j'ai répondu que la seule manière, pour une entité, d'opérer éternellement, était la dissolution de l'enveloppe qui cristallise et rend visible, temporellement, le thélème de cette entité dans la mesure de l'objectif spécifique d'une incarnation donnée : c'est ainsi que les Taoïstes brûlent des billets de banque (la fameuse Hell Money) lors des funérailles, pour assurer au défunt la richesse dans l'autre vie.

"Votre argument, rav, est d'enterrer le bas de laine du défunt, pour qu'il le retrouve lors de son incarnation suivante : c'est courir le risque que la monnaie dont est constitué ce pécule n'ait plus cours à ce moment-là — L'argument taoïste est ce principe magique de base, que la destruction rituelle par le feu libère l'essence de la chose que l'on brûle des limites imposées pas la mesure temporelle momentanée qu'elle a intégrée — Le Pouvoir de l'Or, 
— qui, dit la Magie, est la Lumière Infinie descendue au maximum, jusqu'au plan minéral, et que contracte le pentacle du billet de banque, — est libéré par cette dissolution et accompagnera l'âme du défunt dans sa redescente vers sa vie suivante, se rematérialisant dans le mode d'échange qui, alors, aura cours."

Il n'a rien répondu.

Ce que méditant, allez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Belle journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 27° ♉︎ : ☽︎ in 10° ♌︎ : ♂︎ : Ⅴⅴⅰⅰ.

lundi 17 mai 2021

Les chants sublimes par lesquels les oiseaux révèlent dans le monde l'harmonie divine au printemps leur sont inspirés par le rut

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

C'est le dix-septième des Beaux Jours et n'oubliez pas, dans vos promenades, la brusque Compréhension qui détermina, jadis, la vocation religieuse de votre vieux Shumule :
Les chants sublimes par lesquels les oiseaux révèlent dans le monde l'harmonie divine au printemps leur sont inspirés par le rut.
Amis chers, la Lecture de ce lundi est le Liber Liberi vel Lapidis Lazuli Adumbratio Kabbalæ Ægyptorium sub figurâ VII, chapitre 1, versets 32 à 35.

32. Pan ! Pan ! Io Pan ! it is enough.

Commentaire : Oh ce temps que les âmes nobles gâchent, hélas ! à "approfondir" les choses ! La vie est comme la femme, c'est-à-dire comme la méditerranée : sublime au crépuscule, depuis les plages, onze fois bénies, de Cefalù, mais de plus en plus sombre et susceptible de receler des poissons abyssaux à mesure que l'on "approfondit" — Tout ce qui, aux trois plans de votre existence, n'est pas orgia perpétuelle, est en train d'essayer de vous vendre un truc — Soyez toujours un danseur ivre, et n'oubliez pas :
Sardanapale, fils d'Anakyndaraxès, a construit Anchiale et Tarse en un seul jour — Passants, mangez, buvez, faites l'amour : tout le reste est vanité.
33. Fall not into death, O my soul ! Think that death is the bed into which you are falling !

Commentaire : Fra Alion dit de ce verset :
A formula of the New Æon: a different concept of death. Death is a process – but it reigns beneath the Abyss. NOTHING dies. What “dies” dissolves in the Night.
Le moindre garde-chiourme de Guantánamo n'ignore pas, cependant, que la pire des tortures est la privation de sommeil.

34. O how I love Thee, O my God ! Especially is there a vehement parallel light from infinity, vilely diffracted in the haze of this mind.

Commentaire : L'infinity est Nuit (AL 1, 22), et Nuit est l'Eternel Féminin qui, comme l'a dit Wolfgang von Goethe, de sainte mémoire, < nous attire vers le haut > (Faust II) : par conséquent, les mots < O how I love Thee, O my God > signifient que l'on doit s'efforcer d'être aussi enthousiaste à l'idée d'aimer DIEU qu'à celle d'aimer une femme.

Cependant, < vilely diffracted > précise : l'amour pour tous les babaloniens plaisirs de ce monde (femmes, nourriture, boissons, cf. verset 32), bien que naturels et intenses, chacun à sa manière, présentent certains inconvénients qui, parfois, causent même de la douleur à leur propriétaire.

Quand on a satisfait son désir d'une femme, ou de manger, ou de boire, il arrive un moment de satiété, où plus aucun désir n'est ressenti pour l'une ou l'autre de ces attractions, comme il est écrit : < I passed through the deep sea, and by the rivers of running water that abound therein, and I came unto the Land of No Desire > (Cordis 3, 1).

Cela dit, Satiété est le titre du Dix de Coupes, non de celui des Disques 
— je veux dire : ce n'est pas le cas pour qui se livre à la cupidité : il est dans la nature du low man d'être insatiable à cet égard — Or notre verset, disant qu'il faut aimer le Divin avec tous nos atouts matériels, dit que notre amour pour le Divin doit être aussi insatiable que celui de Picsou pour l'or : ne jamais avoir l'impression d'être suffisamment proche de DIEU, etc.

N'imposez aucune limite volontaire à votre relation amoureuse à DIEU — On dira : certains peuvent se passer complètement de richesses matérielles : le Livre Saint doit donc écrire le mot < vehement > pour nous dire que le critère que nous devons appliquer au degré d'amour que nous développons pour DIEU n'est pas celui qui correspond à notre degré d'avidité personnelle pour les biens matériels : il doit être égal à l'avidité pour les biens matériels de quelqu'un qui est insatiable à cet égard.

35. I love Thee. I love Thee. I love Thee.

Commentaire : Pourquoi trois fois ? Parce que, comme le dit Lao-Tseu, Mage entre les Mages : < De toutes les passions, l'amour est la plus forte, puisque il attaque simultanément la tête, le cœur et les sens. >

Ce que méditant, allez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Belle journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 26° ♉︎ : ☽︎ in 26° ♋︎ : ☽︎ : Ⅴⅴⅰⅰ.

dimanche 16 mai 2021

Æthyr 12 : Des Saintes Icônes

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

C'est l'aube du seizième des Beaux Jours et la Lecture préparatoire à ce dimanche de Messe Solennelle et d'Agapes Somptueuses, est le Liber XXX Aerum vel Saeculi sub figvrâ CCCCXVIII, Æthyr 12.
Beautiful art thou, O Babylon, and desirable, for thou hast given thyself to everything that liveth, and thy weakness hath subdued their strength. For in that union thou didst understand. Therefore art thou called Understanding, O Babylon, Lady of the Night ! (VV 12 §10)
< Verily and Amen ! > (Cordis 3, 1), les Saintes Icônes sont : 

1. Le ciel nocturne étoilé (Nuit).

2. Le regard que pose sur moi mon Maître (Hadit, cf. AL 2, 53).
 
3. Le Soleil (Heru-ra-ha) qui, au plan phénoménal, symbolise, — temporellement (Ra-hoor-khuit) et spirituellement (Hoor-paar-kraat), — ce que DIEU est à l'absolu et le roi à la cité.

4. L'ultime représentation du Saint Tétragramme qu'est la Stèle de la Révélation, bien sûr (Therion). 

5. Et la fille que je viens de croiser, dont l'aura, la grâce et les phéromones m'ont fait me dévisser la tête (Babalon).

Une Icône est le contraire d'une idole : une Icône est une Image par laquelle DIEU permet à l'homme de Le voir sans mourir et de s'alimenter à Son énergie : c'est une "Porte de DIEU" — en acadien : bāb-ili(m), i.e. BABALON.

Au lieu qu'une idole est l'objet par lequel un Heathen représente le plus gênant de ses défauts, qu'il souhaite, en renard à la queue coupée, faire vénérer aux gens afin de
 n'en avoir plus honte (principe de l'admiration lunaire: voir ce que nous en avons dit en commentant LLL 1, 20).

Sion צִיּוֹן est guématrie Babalon — lisez : tel est l'Arcane de l'Hétaïre Sacrée (voir notre commentaire sur Cordis 5, 21) — ce qui jette un jour très nouveau sur la Meguilat et le Cantique des Cantiques : Baudelaire dans sa Passante, Shumule dans l'escort qui l'emmène à Neverland, et n'importe quel ado dans sa celeb crush, contemplent, en réalité, DIEU face-à-face.

Mystère des Mystères ! La femme, — c'est-à-dire la matière trône de l'esprit, la corps trône de l'âme, la temps trône de l'éternité, l'horizontal trône du vertical, — n'est ni esclave, ni objet de plaisir : elle est abat-jour rendant possible la connexion de soi au Divin.

Ce que méditant, allez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Beau dimanche à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 25° ♉︎ : ☽︎ in 16° ♋︎ : ☉︎ : Ⅴⅴⅰⅰ.

jeudi 13 mai 2021

Le Sourire de Gal Gadot

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

C'est le treizième des Beaux Jours et j'ai eu un échange passionnant dans les commentaires, au cours duquel j'ai pu, à nouveau, rappeler que ma position sur la politique israélienne se résume à : Tout ce qui a le soutien de Gal Gadot a mon soutien. Je raserais la Palestine pour un sourire de Gal Gadot.

Amis chers, la Lecture de ce jeudi est le Liber Liberi vel Lapidis Lazuli Adumbratio Kabbalæ Ægyptorium sub figurâ VII, chapitre 1, versets 20 à 23.

20. I will spear Thee, O Thou little grey god, unless Thou beware !

Commentaire : On ne peut contempler DIEU en l’absence de support sensible, puisque DIEU est Absolu : c'est à rendre possible la contemplation de DIEU que sert la Nature.

Or, le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) dit de la Nature qu'elle est Babalon. Et Babalon est une femme. C'est pourquoi toute femme est façonnée de manière à faire désirer l'Union : la contemplation de DIEU dans les femmes est la plus directe. Et la plus directe des contemplations directes de DIEU est dans le sourire de Gal Gadot.

A l'opposé, ce qui caractérise le Heathen, c'est d'avoir, envers le Divin, une admiration lunaire (de même que la pelure de ghetto aime à voir le rappeur starifié, pour admirer en celui-ci l'image par laquelle elle valide, pour elle-même, sa propre existence) : être Trog, c'est chercher un moyen de déifier sa Trogitude.

Ainsi, le < little grey god >, déité tutélaire des Troglodytes, est-il le < dieu des hommes > par excellence (AL 3, 49), l'excrément de l'idée du Divin que révèrent les Heathen, le dieu qu'ils ont fait à leur < petite et grise > image : c'est le dieu des chrétiens, < ce dieu des Recoins... ce dieu si méprisable qu’il faudrait le rejeter même s’il existait > (Nietzsche), ce < mix de Big Brother, de maton et d’Ubu > (Sir Shumule), ce dieu créé par des hommes sordides, pour des hommes sordides, en fonction de leurs besoins sordides, ce dieu complètement injuste, velléitaire, caractériel, mesquin, cafard, cyclothymique, rabat-joie, mauvais perdant, bourreau d’enfant, qui se complaît dans l’intrigue et les commérages, qui punit le héros et récompense le pleurnichard, qui exige de l’homme qu’il soit commun (plus l’homme est commun, plus il est satisfait) et qui, si un homme commun ne croit pas en lui, l’y contraint, en tuant sa fille ou en le plaçant dans une situation précaire où ce malheureux < wretched and weak > doit le supplier (AL 2, 21).

Le dieu des Trogs est un vieux grigou, un imbécile et un médiocre, avec une small dick energy : le dieu des Trogs est un Trog.

Or les Livres Saints nous disent ici : ce dieu ne se combat pas par le binaire, — qui est toujours un hommage indirect, — il ne se combat pas à mains nues : c'est par la Lance (spear), attribut du Prêtre, qu'on le soumet : c'est par l'Initiation que l'on remonte au DIEU dont le < little grey god > est le singe : c'est au sommet de la Montagne que se trouve la Source Pure dont procédait, à l'Origine, l'eau qui, descendue jusqu'au < vieux pays gris > troglodyte (LLL 5, 37 ; Cordis 5, 61), a formé un bourbier répugnant.

21. From the grey to the gold; from the gold to that which is beyond the gold of Ophir.

Commentaire : De ce verset, Fra Orpheus dit : < Finally, the completion of the Alchemical process. >

Mais la completion est de comprendre que le process est la completion : ce qui < vaut mieux que l'or d'Ophir >, c'est, précisément, cette compréhension (ça, et le sourire de Gal Gadot).

Comprenez : Il était une fois un Roi, qui envoya le Prince, son fils, chercher, sous l'apparence d'un simple capitaine de marine marchande, une cargaison d'or à Ophir.

Au cours du voyage, les pirates attaquèrent le Prince et se mirent à lui livrer une guerre d'usure sans merci : la traversée tourna à une suite ininterrompue de massacres, d'errances et de navires saccagés.

Un soir, le Prince, méditant sur ses blessures et l'intérêt de sa mission, comprit brusquement que le roi lui-même avait envoyé les pirates à ses trousses, et cela lui parut, à la fois, une basse intrigue politique, inextricablement tortueuse, et un immonde trait de sadisme de la part de son géniteur.

Tel Rambo, néanmoins, au prix de souffrances inouïes, indicibles, il s'acquitta de sa mission, exterminant les pirates et ramenant l'or d'Ophir au Palais.

Là, le roi, joyeux de son retour, lui expliqua tout : le véritable objet de son envoi en mission était de le contraindre à débarrasser la région des pirates qui l'infestaient
— l'or n'était qu'un prétexte : mais si le roi avait annoncé officiellement la chose, les pirates ne se seraient évidemment pas montrés...

Voilà pour le sens des < danger & trouble > (AL 3, 11), étrangement contre-productifs, dont le Ciel jonche, paradoxalement, le cours de la mission sur Terre qu'il nous a lui-même confiée.

22. My God ! but I love Thee !

Commentaire : Il est écrit < to love me is better than all things > (AL 1, 61) — aimer DIEU est la panacée — rien de sentimental en cela, aucun affect : aimer DIEU veut dire pratiquer l'art pour l'art (ou pour le sourire de Gal Gadot).

Le Prince accomplit les Tâches de son Initiation par amour du Divin, sans connaître la raison de ces prescriptions, — comme il est écrit : < the key of the rituals is in the secret > (AL 1, 20) et < the rituals shall be half known and half concealed > (AL 1, 34), — ni même souhaiter les connaître, comme il est écrit : < If Power asks why, then is Power weakness > (AL 2, 31).

Une fois le Prince habitué à faire son Vrai Vouloir, DIEU lui dévoile les raisons secrètes des rites et des épreuves — L'ensemble de ce processus est le sens profond de < Thou knowest not; nor shalt thou know ever. There cometh one to follow thee: he shall expound it > (AL 2, 76).

23. Why hast Thou whispered so ambiguous things ? Wast Thou afraid, O goat-hoofed One, O horned One, O pillar of lightning ?

Commentaire : Lao-Tseu, le Mage entre les Mages, prône constamment la simplicité et la spontanéité, or le Tao Te King est aussi ambigu que le sourire de Gal Gadot.

Ce que méditant, allez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Belle journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 22° ♉︎ : ☽︎ in 8° ♊︎ : ♃︎ : Ⅴⅴⅰⅰ.

mercredi 12 mai 2021

Trident synchrone

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

C'est le douzième des Beaux Jours et nous parlions, ce matin, de ce que le champ de pesanteur du Be-with-Us n'est nulle part plus lisible, — l'homme ayant pour spécificité d'être un parlant, — que dans le downgrade systématique, par paliers, du langage.

"C'est ainsi, concluais-je, que l'on dit désormais courtoisie pour politesse, galanterie pour courtoisie, et #BalanceTonPorc pour galanterie."

NB : Une fois le downgrade consommé, on passe en négatif, au sens photographique du terme : tout s'inverse, on "marche sur la tête" (comme disent les gens), jusqu'à Ragnarök, l'effroyable Jour de Sois-avec-Nous (Cheth, 12 ; A'ash, 6) : c'est ainsi qu'un LGBT ultraqueer, trans non-binaire, avec un look de travelo d'âge mûr dans un film de Fassbinder et des pronoms insensés, m'a dit trouver "cringe" que je fixe érotiquement sur la mère de ma femme. (Lisa Ann lui pardonne ! J'ai répondu que si sa belle-mère était une Espagnole ☉︎ in ♍︎ AS ♏︎, il parlerait différemment ! — et que, du reste, je m'étais déjà expliqué.)

Amis chers, la Lecture de ce mercredi est le Liber Liberi vel Lapidis Lazuli Adumbratio Kabbalæ Ægyptorium sub figurâ VII, chapitre 1, versets 16 à 19.

16. Give me Thy kisses, O Lord God !

Commentaire : J'ai écrit autrefois :
J’aime encore mieux, – plutôt que d’aborder un sujet spirituel avec un adepte quelconque de ce paganisme de pacotille destiné aux boudins, aux inadaptés sociaux, aux végétariens, aux gouines et aux pauvres, qu’on appelle Wicca, – j’aime encore mieux, dis-je, regarder une page de pub ou un clip RnB : au moins les filles sont sexy. (Sermon de Sir Shumule au Wiccan Anomyme, 2012)
Or S. m'a dit ce matin : "J'ai compris la profondeur de cette phrase. Ca m'a pris dix ans, mais je l'ai comprise !"

C'est impeccablement raccord à notre verset : si, — tel le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) se découvrant lorsqu'il voyait des amoureux se bécoter sur un banc, — nous étions capables de garder à l'esprit ce qu'est exactement, au plan magique, le rituel du baiser, nous ne voudrions plus méditer que les généalogies royales et les films de Russ Meyer.

17. The lightning came and licked up the little flock of sheep.

Commentaire : Ce verset nous ramène instantanément à la célèbre et salutaire déclaration du Maître :
I do not want to father a flock, to be the fetish of fools and fanatics or the founder of a faith whose followers are content to echo my opinions. I want each man to cut his own way through the jungle.
Voilà la réplique aux daddy issues des badernes et vaches à lol qui pensent, — ou plutôt espèrent (lacanisme intended), — que Thelema "is about cosplaying as Crowley" ! (Cottagegoth copyright)

18. There is a tongue and a flame; I see that trident walking over the sea.

Commentaire : Trident synchrone, puisque je relisais hier Flavius Josèphe et sa description de la Menorah du Temple de Jérusalem : "Un chandelier d'or du même travail, mais d'un modèle différent de celui qui est communément en usage, car la colonne s'élevait du milieu du pied où elle était fixée et il s'en détachait des tiges délicates dont l'agencement rappelait l'aspect d'un trident. Chacune était, à son extrémité, ciselée en forme de flambeau ; il y avait sept de ces flambeaux."

Or la Menorah représente Hadit, et S. m'a longuement interrogé, dès l'aube, sur ce qu'implique, pour un individu, le fait d'être né un samedi — Redisons-le ici : le Vrai Vouloir de qui naît au "repos du milieu" (sens littéral du babylonien Sabbatu — or qui dit babylonien dit Babalon, et qui dit Babalon dit Mystères du Septénaire), son Vrai Vouloir, dis-je, n'a pas pour 'inconvénient", pour "dommage collatéral", de l'isoler de la foule : son Vrai Vouloir est de s'isoler de la foule : c'est son inertie karmique, i.e. son Neptune, i.e. son trident ♆.

19. A phoenix hath it for its head; below are two prongs. They spear the wicked.

Commentaire : Il est dit que les plumes du Fenghuang (phénix d'Extrême-Orient, symbole, en Chine, de l'Impératrice, comme le Dragon est symbole de l'Empereur) sont de cinq couleurs qui représentent les cinq vertus suivantes :

1. Ren (noir) : la bienveillance et le générosité.
2. (jaune) : l’honnêteté et la droiture.
3. Zhi (rouge) : le savoir.
4. Xin (vert) : la fidélité, la sincérité, l’intégrité.
5. (blanc) : les bonnes manières, l'affabilité, le sens du sacré durant les rites et les cérémonies.

They spear the wicked : si, curieux de varier vos plaisirs, vous désirez, un jour, goûter une joie sadique, faites ostensiblement montre de bienveillance, de droiture, de science, de sincérité et de politesse en présence d'un homme de moins d'1m75 ou d'un natif du Cancer : < rien ne fait plus cruellement souffrir le méchant que la proximité de la vertu >, dit Eliphas Levi, de sainte mémoire.

Ce que méditant, allez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Belle journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 21° ♉︎ : ☽︎ in 28° ♉︎ : ☿︎ : Ⅴⅴⅰⅰ.

mardi 11 mai 2021

White Rabbit

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

C'est le onzième des Beaux Jours et la Greater Feast de Soror Tzaba, Lady Frieda Harris, le plus fort, durable et platonique amour du Prophète, et l'"artiste exécutante" du Tarot le plus célèbre de toute l'histoire des Tarots — la majorité d'entre nous, Thélémites, devons au pouvoir formatif, i.e. spécifiquement féminin, c'est-à-dire écarlate, de Soror Tzaba toute l'imagerie de nos parcours terrestres.

Amis chers, la Lecture de ce mardi est le Liber Liberi vel Lapidis Lazuli Adumbratio Kabbalæ Ægyptorium sub figurâ VII, chapitre 1, versets 12 à 15.

12. I woo thee with a dagger drawn across my throat.

Commentaire : Parmi les Armes que le Mage rapporte de sa Quête, la Dague est d'une importance capitale, puisque tout consiste ici-bas, pour accomplir son humanité, 
— devenir Pentagramme, "Fils de l'Homme" comme disent les chrétiens, — à couper le cou de la Force rouge : c'est ainsi que le Liber Magi établit que le Vav ו véritable (i.e. le Fils, le Grand Hiérophante, comme Alphonse-Louis Constant, de sainte mémoire, appelle le Fils de l'Homme) est la Dague (Magi, 9).

13. Let the spout of blood quench Thy blood-thirst, O my God !

Commentaire : Fra Orpheus écrit de ce verset :
More blood for the Cup of Babalon. This is the sacramental blood of the saints poured out on this plane.
Je dis moi, puisque il s'agit de Babalon, mère de tous les hommes, qu'il nous faut méditer l'ordre des Signes lunaires : le tragique de nos existences vient de ce que nous n'accédons au rang de dragon priapique que pour immédiatement devenir lapin blanc au Pays des Merveilles (cf. verset suivant) : c'est toute l'union sexuelle, c'est-à-dire la vie.

Quant au sang des saints, répétons-nous : prenez garde à ce que vous souhaitez au cours de la Messe du Phénix car, "pour peu que le sang coule au bon moment" (comme on dit en Qwimbanda), vous l'obtiendrez immanquablement.

Ce on this plane est un double-sens redoutable : l'attainment peut brûler sans éclairer, le lifetime crush devenir pot-de-colle, la richesse n'attirer que des gens hostiles (Moi même, j'ai longtemps espéré devenir l'esclave de ma belle-mère et, si j'avais été exaucé, je ne serais pas en train de vous parler Sciences Divines — ce qui me rappelle que, parmi les questions auxquelles je dois répondre, il s'en trouve une sur le Serment de Sainte Obédience prêté à une femme à l'insu, ou non, de celle-ci, — pratique détaillée par le Maître Therion, qu'il soit béni et vénéré, — sujet que je me propose de traiter live dans le grand détail très prochainement.)

14. Thou art a little white rabbit in the burrow Night.

CommentaireNight, en hébreu לַיְלָה, guématrie 75, qui est la valeur numérique de N(50) + u(6) + i(10) + t(9), et de כהן, un Prêtre : le lapin blanc chanté par Lewis Caroll et Grace Slick nous invite à n'être pas en retard pour Huð

15. I am greater than the fox and the hole.

Commentaire : Les Chinois disent du renard qu'il est invariablement un démon maléfique et que, lorsqu'il prend forme humaine, il meurt dès que l'on découvre sa véritable nature — c'est pourquoi tant de natifs du Cancer ont, sur le visage, des traits typiques de renards, en plus du poil roux, et pourquoi la renarde (vixenô Russ Meyer, can you hear me now ?) symbolise la Femme la plus Femme : c'est tout le Mystère de l'Atu VII, de ח, de ᚱ, et des feux de Litha.

Ce que méditant, allez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Belle journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 20° ♉︎ : ☽︎ in 16° ♉︎ : ♂︎ : Ⅴⅴⅰⅰ.

Précédent commentaire sur ce péricope : Dernier appel avant déconfinement (2020)

jeudi 6 mai 2021

Weird And Monstrous Speech

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

C'est le sixième des Beaux Jours et qu'on se le dise une fois pour toutes: le fait qu'un lourdingue écrive qu'il est "un fan de longue date" avant de me reprocher "d'aller trop loin" et de menacer de me retirer son admiration ne m'empêchera jamais de l'envoyer paître avec une ironie cruelle (ou, plus cruel encore, d'opposer un silence sépulcral à sa tentative de capter mon attention) — c'est du terrorisme affectif et je ne négocie pas avec les terroristes.

Amis chers, la Lecture de ce jeudi est le Liber Liberi vel Lapidis Lazuli Adumbratio Kabbalæ Ægyptorium sub figurâ VII, Prologue, versets 8 à 11.

8. To me only the distant flute, the abiding vision of Pan.

Commentaire : Toujours admiré que Jack Parsons, de mémoire bénie, ait pris comme Nom Magique le notarikon de sa Devise Thelema Obtenteum Proedero Amoris Nuptiae (Latin : "L'établissement de Thelema au moyen des rituels d'amour"), c'est-à-dire T.O.P.A.N., i.e. "To Pan", puisque, dans sa prodigieuse érudition, il ne pouvait ignorer l'ancestrale pratique chamanique de l'échange du nom avec une déité à la demande de celle-ci.

9. On all sides Pan to the eye, to the ear;

Commentaire : Fra Orpheus, alors Néophyte, écrivait de ce verset : < In the Great Sea of Binah >, ce qui renvoie au Come over the sea From Sicily and from Arcady de l'Hymne à Pan, < plus puissant enchantement jamais écrit >, donc à la vision béatifique, au numineux.

Lorsque le merveilleux poète, c'est-à-dire prophète, Jacques d'Adelswärd-Fersen débarqua en Sicile et fut saisi de transe à la vue de la Beauté des lieux, il s'écria : "Non seulement le grand Pan n'est pas mort, mais je sais, à présent, qu'il ne mourra jamais..." — nous avons souvent parlé de ça.

Or il faut rappeler, dans le lien à Binah, qu'il est de coutume, lors des funérailles, de chanter l'Hymne à Pan durant la crémation, et que les grandes familles thélémites de la haute finance zurichoise ont, aux heures glorieuses de la filiation Paragranus, instauré l'usage de faire apprendre, comme antidote, l'Hymne par cœur à un enfant que l'on s'apprête à envoyer au collège.

10. The perfume of Pan pervading, the taste of him utterly filling my mouth, so that the tongue breaks forth into a weird and monstrous speech.

Commentaire : L'étonnant, avec la glossolalie, c'est qu'elle est interprétée, soit comme une bénédiction divine signant l'homme qui a transcendé son animalité (base du chamanisme), soit comme une malédiction divine signant l'homme qui a laissé son animalité prendre le dessus sur lui (folie de Nabuchodonosor, etc.)

Elle est Shin ש ou Mem מ, le dieu vivant ou le paria pendu, le Feu ou l'Eau, selon le cas.

Eternelle méditation sur l'Atu Zéro : si le Petit Prince de Saint-Exupéry atterrit au mauvais endroit, il est classé autiste et livré à quelque pédopsychiatre sadique, "survivant de la Shoah" c'est-à-dire obsédé par les travaux forcés et les trauma infligés à l'enfance ; s'il atterrit au bon endroit, il devient, à douze ans, rebbe d'une dynastie hassidique, vénéré par des millions de fidèles.

(Au passage : le récent drame de Lag Baomer doit être médité : approcher la tombe de rabbi Shimon bar Yohaï, auteur du saint Zohar, a mystérieusement tué, cette année, deux fois le nombre de gens qu'approcher celle de Toutânkhamon n'en a mystérieusement tué il y a très précisément un siècle.)

11. The embrace of him intense on every centre of pain and pleasure.

Commentaire : < every centre of pleasure and pain > me fait penser : je suis heureux que la Chine tienne tête à l'ordre globaliste : un vieux maître de wushu des écoles du Sud peut, avec une pression du bout du doigt, causer des dégâts plus irréversibles et des handicaps plus spectaculaires que le plus vicieux sérum de thérapie génique actuellement imposé au monde par Bill Gates.

Ce que méditant, allez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Belle journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 16° ♉︎ : ☽︎ in 15° ♓︎ : ♃︎ : Ⅴⅴⅰⅰ.

Précédent commentaire sur ce péricope : Tous à bord de l'Excessive Machine (2020)

mercredi 5 mai 2021

My Cauda Draconis Is Huge

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

C'est le cinquième des Beaux Jours et j'affirme que le Courchevel "Ferro" doit se jouer en No Limit – Pour le reste, le Pineapple Hold'em est la variante la plus sexy et le Nullot 2-7 la plus aristocratique.

Amis chers, la Lecture de ce mercredi est le Liber XXX Aerum vel Saeculi sub figvrâ CCCCXVIII, Æthyr 11.

Nous y lisons :
[A]ll these things hath He ordered in beauty, and He hath set them firmly upon the Eternal Rock, and therefrom He hath suspended His kingdom as one pearl that is set in a jewel of threescore pearls and twelve.

And He hath garnished it with the Four Holy Living Creatures for Guardians, and He hath graven therein the seal of righteousness, and He hath burnished it with the fire of His Angel, and the blush of His loveliness informeth it, and with delight and with wit hath He made it merry at the heart, and the core thereof is the Secret of His being, and therein is His name Generation.

And this His stability had the number 80, for that the price thereof is War.
(VV 11 § 15)
Cela nous renvoie à un très bel échange, eu avec notre ami Gontran dans les commentaires cette nuit, au sujet des diverses considérations relatives aux femmes nées en Cancer que comporte le billet Tell Them Sir Shumule Is Here:
Gontran Bonheur : Donc ce sont "les derniers confins du bas de gamme" qui font bander. CQFD. Vision très positive du sexe, pas du tout sadienne.

David van Horn : "Lorelei est sur le nœud sud", dit l'adage. Principe d'érotisation de l'intolérable. Vérifiez dans votre saga personnelle. Il est juste que ma cauda draconis se tende monstrueusement vers ce que mon système doit exclure. (Dans le cas du Cancer, évidemment, comme le nom du signe l'indique, tout le monde doit l'exclure.) Une fois la chose intégrée, c'est rigolo : "Mais comment as-tu fait pour savoir au premier coup d'œil qu'Isabela Merced et Margot Robbie étaient toutes deux Cancer alors qu'elles ne se ressemblent pas du tout ?!?"
Il faut saisir et pénétrer ce Mystère du Féminin, c'est-à-dire du négatif, qui, sous sa forme haute, est celui de la sexitude de l'emballage qui donne accès à l'Infini, et sous sa forme basse, celui du chant des sirènes qui attire Odysseus dans les récifs – Ou, comme je le notais en 2017 :
Un mien compagnon de fête – très officiellement cardiologue, bien qu’il soit plutôt carabin à vie – me disait l'autre jour, en illustration de la chose: « Lorsque j’ordonne une médicamentation lourde à un patient, la première chose qu’il fait en rentrant chez lui est d’en consulter la notice, mais uniquement afin de s’informer des « effets secondaires », par pur masochisme morbide… Il a hâte de savoir en quoi ce remède peut lui nuire… »

Bien sûr, le sens de sa remarque était : l’ordre des médecins ne s’est pas donné la peine de brûler toutes les sages-femmes pour n'être pas obéi aveuglément aujourd'hui – et, puisqu’un homme gravement malade s'empresse d'absorber tout ce qu’on lui prescrit, qu’importe qu’il en connaisse ou non les « effets secondaires » ?

Selon moi, le goût spécifiquement blanc des « effets secondaires » vient des années soixante, comme la pédale fuzz : c’est très précisément pour leurs effets secondaires que nos parents boomers pratiquaient le LSD et les vasodilatateurs antiparkinsoniens.

Cela dit, le système finit par se mordre la queue : les coupe-faim actuels ont, sur les corps des femmes qui en prennent pour maigrir, des effets secondaires si déformants et irréversibles qu’elles feraient aussi bien de rester grosses – de toute façon, aucun homme n’aura plus jamais envie de les voir nues.
Mais baste ! Le Sentier de la Guerre פ est la Première Marche : elle mène au Sentier du Désir ט, qui mène au Jardin des Délices ד, ainsi que ne l'ignore aucune chieuse native du Cancer en train de vous faire une scène bruyante pour cause de maximum tension sexuelle.

Ce que méditant, allez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Belle journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 14° ♉︎ : ☽︎ in 2° ♓︎ : ☿︎ : Ⅴⅴⅰⅰ.

Précédent commentaire sur ce péricope : Du Liber 418, 11ème Æthyr (2020)

lundi 3 mai 2021

Tell Them Sir Shumule Is Here

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

C'est le troisième des Beaux Jours et le mot de passe pour la Messe Gnostique, ce dimanche, était Tell Them Sir Shumule Is Here.

Autrement, je suis jovial, parce qu'une merveilleuse femme prénommée Caroline (mon existence est jonchée de Carolines) vient de me rappeler les circonstances amusantes de notre première rencontre : c'était au cours d'une fête où je draguais simultanément deux filles superbes, chacune à un bout de la salle — Les allers-retours s'avérant pénibles, à la longue, je les avais menées l'une à l'autre, pris leurs tailles respectives sous chacun de mes bras, et m'étais écrié : "Je veux être avec toutes les deux !" — Caroline m'avait alors répondu: "Mais... nous sommes sœurs !"

C'était le bon temps.

Amis chers, la Lecture de ce lundi est le Liber LXV : Liber Cordis Cincti Serpente sub figurâ אדני, chapitre 5, verset 65, et le Liber Liberi vel Lapidis Lazuli Adumbratio Kabbalæ Ægyptorium sub figurâ VII, Prologue, versets 1 à 3.

65. So also is the end of the book, and the Lord Adonai is about it on all sides like a Thunderbolt, and a Pylon, and a Snake, and a Phallus, and in the midst thereof he is like the Woman that jetteth out the milk of the stars from her paps; yea, the milk of the stars from her paps.

Commentaire : Cette énumération de symboles phalliques menaçants à laquelle succède l'image d'une femme dans sa fonction "masculine" (l'allaitement), renvoie curieusement à l'invariable et rituel travestissement-du-héros-super-viril que l'on retrouve dans toutes les Traditions : au Nord, Thór chez le roi Thrym ; en Grèce, Achille chez les filles de Lycomède (ou Héraclès chez la reine Omphale) ; au Japon, Yamato Takeru chez les Kumasō, etc.

L'Arcane est celui que personnifie Týr dans l'Edda : la rigueur enserre l'énergie, afin de transformer, par canalisation, le vain épanchement du chesed en vigoureuse martialité — la discipline militaire et celle de l'ascèse sont les plus évidentes illustrations de ce Mystère, qui est également la raison pour laquelle les génies n'épousent que des chieuses et Sir Shumule ne crush que sur des natives du Cancer.

(Un frater, qui me tanne pour que nous recevions un sien ami d'enfance astrologically challenged, m'a demandé récemment quels sont les "cas particuliers" qui, selon notre Règle, justifient une exception à l'interdiction de recevoir un natif du Cancer dans notre Abbaye ; j'ai dit: "Sofia Vergara, Margot Robbie, Michelle Rodriguez, Selena Gomez et Ariana Grande".)

Enfin, n'oubliez pas :

Le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) identifie la Femme-à-la-Triomphante-Poitrine dont il est question dans ce verset à notre Dame Nuit.
Nuit correspond au premier Hé ה du Saint Tétragramme.
La lettre Hé ה signe, sur l'Arbre de Vie, le Sentier du Verseau ♒︎, qui relie Chockhmah à Tipheret.
Ce Sentier est, au plan runique, signé par Berkano ᛒ.
Le Livre du Cœur Ceint d'un Serpent s'achève donc sur un shumulisme fondamental


Amen.
✴✴✴

Prologue of the Unborn

1. Into my loneliness comes -

Commentaire : De ce verset, le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) dit: < "loneliness", i.e. of the Babe of the Abyss. >

Or, Bébé de l'Abîme est le niveau spirituel correspondant à Da'at et au signe du Cancer, ce qui nous renvoie 1. aux chieuses avec des boobs arrogants. 2. à Da'at Darling. 3. au fait que le Cancer étant le signe féminin absolument, "come into my loneliness" peut s'entendre de différentes manières...

Notez que Fra Alion interprète "loneliness" comme une allusion à l'Hermite, ce qui est complémentaire : le séminal absolument — Le grade initiatique correspondant à la Vierge est l'Ipssissimus : le Bébé, image du Divin unique (ipséité, i.e. loneliness), Se trouve jusqu'aux derniers confins du bas de gamme (♋︎) — Le verset peut alors se lire dans l'autre sens : Jonas, dans la baleine, au comble de l'angoisse et de la restriction, entonnant son hymne : Dans ma détresse j'ai invoqué l'Eternel, Il m'a répondu : du sein du Cheol je T'ai imploré, Tu as entendu ma voix, etc.

2. The sound of a flute in dim groves that haunt the uttermost hills.

Commentaire : En hébreu, flûte se dit חליל, guématrie 78, soit le nombre de cartes du TARO et la valeur numérique de Metzla, la Connexion directe de l'homme à DIEU, l'Influence de la Supraconscience sur la Conscience via le Sentier de la Prêtresse.
The Piper's calling you to join him !
3. Even from the brave river they reach to the edge of the wilderness.

Commentaire : Si nous interprétons le symbole de la rivière comme les psy l'interprètent sur les dessins d'enfant (rivière = norme sociale : l'intérêt est de voir comment le dessinateur la place), nous constatons que, bizarrement, nous pouvons synthétiser tout ce que nous avons appris de ces trois premiers versets en citant Lao-Tseu, premier entre les Mages, qui renonça à la norme sociale et prit refuge dans la wilderness :
Je ressemble à un nouveau-né qui n’a pas encore souri à sa mère.

Je suis détaché de tout, on dirait que je ne sais où aller.

Les hommes de la multitude ont du superflu ; moi seul je suis comme un homme qui a tout perdu.

Je suis un homme d’un esprit borné, je suis dépourvu de connaissances.

Les hommes de la multitude sont remplis de lumières ; moi seul je suis comme plongé dans les ténèbres.

Les hommes du monde sont doués de pénétration ; moi seul j’ai l’esprit trouble et confus.

Je suis vague comme la mer ; je flotte comme si je ne savais où m’arrêter.

Les hommes de la multitude ont tous de la capacité ; moi seul je suis stupide ; je ressemble à un homme rustique.

Moi seul je diffère des autres hommes parce que je révère la mère qui nourrit tous les êtres.
Ce que méditant, allez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Belle journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 13° ♉︎ : ☽︎ in 5° ♒︎ : ☽︎ : Ⅴⅴⅰⅰ.