mercredi 31 mars 2021

31 mars — 2 avril : סֶלָה

Les petites ailes par Naama

mardi 30 mars 2021

Onze

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

On m'a demandé ce matin un "topo" (sic) sur le Cri du Huitième Æthyr et j'ai répondu sèchement que notre maître Abraham de Worms ZTVK"L en avait déjà rédigé un.

F : Justement ! concernant la Grande Opération, et puisque c'est le Jour XI ט de la Saison Sainte, donc celui de la Femme Ecarlate, j'ai trouvé nulle à chier des bulles la vidéo de Georgina "Da'at Darling" Rose.

S : Ma foi, la vidéo est objectivement drôle. C'est déjà beaucoup. Elle aurait, bien sûr, été meilleure si Georgina s'était, un tant soit peu, renseignée sur le sujet qu'elle traitait.

F : Evidemment... J'ai noté huit erreurs, dont une théoriquement infaisable... Georgina, comme son prénom l'indique, est une ménagère égarée dans ce qu'elle a pris pour une "branche de l'occulte" edgy et non encore surexploitée en ligne, dont elle a voulu faire une brand : elle ne connait pas l'ordre liturgique de base de la Messe et fait, dès qu'elle parle de Thelema, des pataquès de n00b intégrale ("Crowley est l'auteur du Livre de la Loi", "le sens figuré annule le sens littéral", etc.)... En outre, elle consacre trop de temps à racoler des like, en tweetant à quel point elle trouve "cringe" tout ce qui n'est pas lourdement woke, pour qu'il lui soit possible d'avoir, en vrai, la moindre activité rituelle...

S : C'est surtout qu'elle est hyper 2008 avec ses fat girl angle shots et son recours systématique à la technique d'auto-plébiscite dite "les fatties on the internet parlent à leurs white knight faggots", qui consiste à feindre l'outrage pour pouvoir se vanter, i.e. à proclamer, avec indignation, avoir été "harcelée sexuellement" en ligne, puis à enchaîner sur dix tweets rapportant un (fictif) compliment reçu.

F : More like The Attention Whore of Babylon, amirite ?

S : Right et puisque, de notre côté, il nous faut honorer Babalon, notre mère, nous ferions aussi bien, cher ami, d'aller boire...

Bonne et heureuse Mi-Saison Sainte à tous !

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 10° ♈︎ : ☽︎ in 5° ♏︎ : ♂︎ : Ⅴⅴⅰⅰ.

lundi 29 mars 2021

Superfluités lascives

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

Alors que je rappelais, ce matin, que le proverbe "la lune est menteuse" vient de ce que la < Lady of night > forme un D quand elle est croissante et un C quand elle est décroissante, on m'a semi-plaisamment demandé si ce n'était pas "sexiste".

J'ai dit : "Si, bien sûr, puisque c'est vrai 
 — < Every man and every woman is a star > (AL 1, 3), par exemple, est la chose la plus authentiquement sexiste que l'on puisse dire et je m'étonne que les sinistres andouilles "post-thelema" n'aient pas encore exigé la cancelation du Livre pour nonbinairophobie.

"L'Arcane 'la lune est menteuse' est spécifique à la psyché féminine en ce qu'elle a de lunaire, i.e. de sexuel 
— Or aucune question n'est plus grave : la politique n'a pas, n'a jamais eu et n'aura jamais d'autre objet que le contrôle de la démographie, c'est-à-dire de l'énergie la plus totalement incontrôlable de tout l'univers : la libido féminine.

"C'est tellement le seul sujet qui importe, qu'en cette heure de grand reset, les Frères Noirs, 
— qui ont brûlé Jeanne d'Arc, décapité Olympe de Gouges et lobotomisé les leadeuses suffragettes, — ont officiellement entrepris d'anéantir les deux seules activités professionnelles qui permettent 
réellement à une femme d'être indépendante : le sport (que l'on neutralise en envoyant des trans battre tous les records des championnes trop douées) et le X (notre CSA étudie, en ce moment même, la possibilité légale d'interdire Pornhub— Il est vrai que les deux seules female celeb à être récemment entrées en choc frontal avec la tyrannie sont Gina Carano et Jenna Jameson...

"De façon générale, 'la lune est menteuse' signifie : plus une femme est "de gauche", plus elle rêve de se faire violer par Donald J. Trump, plus elle est "de droite", plus elle rêve de se faire violer par des Noirs."

Mais baste ! Prenons de l'altitude ! C'est aujourd'hui la Grande Fête du Major-General James George Roche Forlong, dit le dux (terme par lequel on désigne, en Ecosse, l'étudiant premier de sa promotion), de sainte mémoire, patron de l'herméneutique et génie intégral, ainsi que la Grande Fête de Jane Wolfe, d'éternelle mémoire, élève du Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré), initiatrice de Soror Meral et fondatrice de la lignée Estai de l'A∴A∴, à laquelle feu mon bien-aimé Maître appartenait.

Amis chers, la Lecture de ce jeudi est le Liber LXV : Liber Cordis Cincti Serpente sub figurâ אדני, chapitre 4, versets 14 à 17.

14. Only the inn-keeper feareth lest the favour of the king be withdrawn from him.

Commentaire : Le problème de la quantitatification du Succès
à la grecque ou à l'américaine, c'est qu'elle tend à communiquer, même aux âmes nobles, une lecture boutiquière de l'existence : elle fait de tout homme un Thénardier, de toute star une pute à like.

Retenez : votre seul Modèle, en ce qui concerne la conduite de vos affaires temporelles et votre rapport à la Cité, doit être le petit prince face au roi (cap. 10).

15. Thus spake the Magister V.V.V.V.V. unto Adonai his God, as they played together in the starlight over against the deep black pool that is in the Holy Place of the Holy House beneath the Altar of the Holiest One.

Commentaire : Huð (voir le remez donné par le Maître Therion, qu'il soit béni et vénéré, sur ce verset et le rapprocher de AL 1, 61.)

16. But Adonai laughed, and played more languidly.

Commentaire : Le Nom divin Adonaï ("mon Maître") apparaît 40 fois dans les Livres Saints de Thélème 
— Or, 40 est la guématrie de למא, traduction littérale de Hud, la < dissimulation de Hadit > (AL 2, 1) — Adonaï est donc le Nom qu'il convient d'employer lorsqu'on s'adresse à DIEU.

Comment cela ?

La Sainte Qabale enseigne que < le souvenir du Saint Tétragramme, c’est Adonaï >, ce qui signifie qu'au cours de son incarnation, chaque fois que l’homme voit le Saint Tétragramme (c'est-à-dire, au bout du compte, devant tout phénomène), il doit le traduire, l’exprimer, le concrétiser par ce Nom Adonaï, avec le sens, la tension, l'intention de sa première occurrence dans les Livres Saints, lorsque le prince-prêtre, du fond de son tombeau, s'écrie : < J'attends l'éveil ! L'appel d'en haut du Seigneur Adonaï, du Seigneur Adonaï ! > (Cordis 1,1)

17. Then the scribe took note, and was glad. But Adonai had no fear of the Magician and his play. For it was Adonai who had taught all his tricks to the Magician.

Commentaire : Le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) dit que le Magicien dont il est ici question < est l'Atu I >, i.e. qu'il est l'illusion de la Dyade ou, plus précisément, son "illusoirité".

De là nous déduisons que le "mal" n'existe pas : la notion de "mal en soi" (comme celle de "bien en soi") est une projection mentale sécrétée par l'égo d'un individu en fonction de la façon dont la souffrance (sorrow) a conditionné sa ruach.

Or, la souffrance procède invariablement de la peur de perdre ou de manquer (Cf. verset 14), laquelle naît de distinctions arbitraires ("bien" et "mal") que l'homme établit entre les diverses manifestations de l'Un 
 la souffrance vient donc, précisément, de la Dyade : < Let there be no difference made among you between any one thing & any other thing; for thereby there cometh hurt. > (AL 1, 22)

Toute Dyade est un mensonge, comme il est écrit < reason is a lie > (AL 2, 32) 
— Les objets ou les êtres sont comme les ondulations sur la Méditerranée (qui s'étend devant moi, alors que j'écris ces lignes) : ils n’ont aucune existence "en free-lance". 

La Magie enseigne, — et la physique quantique confirme, — que l'univers est absolument continu dans le temps et dans l'espace, comme il est écrit : < O Nuit, continuous one of Heaven, let it be ever thus > et < thou art continuous > (AL 1, 27)  — Tout le reste est illusion, comme il est écrit : < Where I am these are not > (AL 2, 47).

Sur la rota du temps, la naissance en tant que "début" et la mort en tant que "fin" sont des conventions aussi déconnectées du réel que l'impression que le soleil surgit le matin et disparaît le soir, ou 
  Magie du Cercle !  que l'idée qu'il y ait une "première heure" dans la journée, un "premier mois" dans l'année, etc. (La naissance n'est-elle pas la conclusion du travail gestatoire et la mort un départ à zéro — un grand reset ?).

En vérité, < Think not, o king, upon that lie: That Thou Must Die > (AL 2, 21): l'ondulation sur la Méditerranée ne naît ni ne meurt, puisqu’elle n’existe pas par elle-même : < We are one, we are none > (AL 2, 66).

Allez donc sans peur, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Belle journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 8° ♈︎ : ☽︎ in 18° ♎︎ : ☽︎ : Ⅴⅴⅰⅰ.

PS : Pourquoi "superfluités lascives" ? Parce qu'E. s'est déclarée jalouse de ce qu'un précédent billet ait reçu pour titre le tweet favori de J. et a exigé la même faveur.

jeudi 25 mars 2021

Incandescent secret glamour dans le vestibule cosmique

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

On vient de me faire remarquer à quel point Georgina 'Da'at Darling' Rose "a l'âme, non d'une femme écarlate, mais d'une white-trashy serveuse dans un restaurant routier des Appalaches" et je dois dire qu'à bien des niveaux, ça devient, en effet, péniblement visible...

A titre personnel, cependant, je n'ai jamais eu, envers Georgina, qu'un seul sarcasme de principe (dont, hélas ! elle a ridiculement cru devoir tenter de tirer vengeance en ligne) :


Cela dit, je ne crois pas que Georgina soit "méchante" — Je crois qu'elle est simplement un peu con, issue de la pauvreté crasse et qu'elle ne s'exprime que par mèmes afin de tenter de dissimuler à quel point elle est viscéralement incapable de la moindre pensée originale.

Or, un individu un peu con issu de la pauvreté crasse n'est ni "gentil" ni "méchant" — un individu un peu con issu de la pauvreté crasse, c'est un individu un peu con issu de la pauvreté crasse, c'est tout.

Mais revenons au thème :


La monarchie étant l'ordre naturel, normal, des choses (Ankh-af-na-khonsu est "prêtre des princes", non "coordinateur de think-tanks neocons"), on ne peut l'abolir — seulement la remplacer.

Les Ricains ont cru devoir substituer aux castes naturelles un ordre ploutocratique et à la différence héréditaire d'extraction sociale la différence héréditaire de race.

Résultat : le "grand bagne de l'Amérique" (Huysmans), i.e. le principe US d'aristocratie corporate, n'est pas seulement une tyrannie technocratique entièrement dépourvue d'âme, mais un système ouvertement sadique, puisqu'il dit aux gens du peuple que les souffrances qu'il leur inflige sont leur choix ("il aurait fallu voter pour l'autre candidat"...)

Les Etats-Unis ont 232 ans d'Histoire et il suffit de voir leur président, Joe Robinette Biden, tenter de gravir un escalier, pour comprendre qu'ils n'iront pas beaucoup plus loin... (A titre de comparaison, la France, 232 ans après la reconnaissance officielle d'une Francia par Rome, sortait de la régence de notre reine Bathilde, épouse de Clovis II...)

Amis chers, la Lecture de ce jeudi est le Liber LXV : Liber Cordis Cincti Serpente sub figurâ אדני, chapitre 3, versets 63 à 65, et chapitre 4, verset 1.

63. They that ever desired Thee shall obtain Thee, even at the End of their Desire.

Commentaire : Le Prince est le disciple gravissant la montagne en direction de l'Hermite sur le dessin intérieur de la pochette du quatrième album de Led Zeppelin : tant qu'il confond quête et conquête, il est voué à l'échec. (Voir la première tentative de Perceval avec le Graal, etc.)

64. Glorious, glorious, glorious art Thou, O my lover supernal, O Self of myself.

Commentaire : De ce verset, le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) dit: < The Knowledge and Conversation of the Holy Guardian Angel resolves all thought into the identity of insignificance. He exists equally in the Unity of Ra-Hoor-Khuit and in every detail of phenomenal manifestation. >

Lisez Anna & Mister God — Tout n'est jamais, finalement, au plan doctrinal, que variation sur Anna & Mister God.

65. For I have found Thee alike in the Me and the Thee; there is no difference, O my beautiful, my desirable One! In the One and the Many have I found Thee ; yea, I have found Thee.

Commentaire : Je m'aperçois que < in the Me > = 40(M) — 5(e) = 35 = 3+5 = 8

Thee = Th(400) + e(5) + e(5) = 410

8 < and the Thee > = 8 + 410 = 418

(Incidemment, < there is no difference, O... my desirable One > : 418 = 4+1+8 = 13 = אֶחָד)

✴✴✴

Amis chers, nous entamons l'Etude du Chapitre 4.

1. O crystal heart ! I the Serpent clasp Thee ; I drive home mine head into the central core of Thee, O God my beloved.

Commentaire : L'essence de la Divinité — le Puer Aeternus — est cette force de croissance et de régénération/résilience, que l'on symbolise par le Serpent, le pouvoir de muer.

Notre corps actuel est transitoire, un autre plus durable peut lui succéder, du moins si l’on "s'alimente" suffisamment, i.e. si l'on se connecte abondamment au principe vital. (C'est l'objet même de la Hud).

Et nous concluons comme Bacbuc, la noble Pontife : Allez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Belle journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 5° ♈︎ : ☽︎ in 20° ♌︎ : ♃︎ : Ⅴⅴⅰⅰ.

PS : J. m'a dit ce matin qu'"Incandescent secret glamour dans le vestibule cosmique" était le tweet de moi qu'elle préférait. Du coup, j'ai intitulé le billet comme ça.

Précédent commentaire sur ce péricope : Une fête pour Priape (2020)

jeudi 11 mars 2021

Have I not the Power of the Sand-glass ?

Is it at all reasonable to conclude, at a period when knowledge was at the highest, and when the human powers were, in comparison with ours at the present time, prodigious, that all these indomitable, scarcely believable physical effects — that such achievements as those of the Egyptians — were devoted to a mistake ? that the myriads of the Nile were fools laboring in the dark, and that all the magic of their great men was forgery, and that we, in despising that which we call their superstition and wasted power, are alone the wise ? No! there is much more in these old religions than probably — in the audacity of modern denial, in the confidence of these superficial-science times, and in the derision of these days without faith — is in the least degree supposed. We do not understand the old time. — Hargrave Jennings
Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

C'est aujourd'hui le 11 mars, greater feast du très prodigieux Hargrave Jennings, de sainte mémoire.

A l'heure où la woke culture orwello-néopuritaine cancels, pour leur mœurs, jusqu'aux toons de notre enfance, il est plaisant de célébrer le génie qui renouvela lumineusement la démonstration de Sir Richard Payne Knight, de sainte mémoire, que toutes les religions du monde procèdent d'un seul et même Culte Phallique primordial 
 Mystère des Mystères qui fait que la tour Eiffel est le site touristique payant le plus visité du monde, que Rocco Siffredi* vous fascine et qu'il a suffi de répandre le bruit que les noirs avaient de gros pénis pour que la civilisation occidentale soit réduite en cendres.

Dans sa haine de la vie et son inversion à tous les niveaux, le judéo-christianisme prétend, stratégiquement, que l'érotisme, marque de vitalité, est un symptôme de décadence : tout concourt désormais partout à démontrer ce qui, pour la Magie, va de soi : plus on s'éloigne de l'Impulsion Initiale, donc de l'Origine, donc du Divin, plus on se puritanise.

Et que, donc, en vertu de la belle Etoile, c'est-à-dire du Dogme d'Hermès : plus on puritanise une personne ou une société, plus on la déconnecte du Divin, donc de la source qui l'alimente.

J'ai jadis résumé la chose ainsi :
Toutes les religions du monde procèdent d’un culte phallique initial, qui n’a, dans son principe, rien d’agraire, ni de freudien.

En voici la raison : les Initiés classent les conditions indispensables à l’existence humaine selon la traditionnelle nomenclature élémentaire – l’Esprit (i.e. la fusion des opposés, c'est-à-dire l’union sexuelle), la Terre (l’incarnation), l’Air (la respiration), l’Eau (question de survie immédiate) et le Feu (l’énergie contenue dans les divers types d’aliments).

Tout cela est très logique.

Mais, si le sexe est, évidemment, la condition première à l’existence, alors la toute première condition à l'existence est l’érection : la condition indispensable à la condition indispensable à la survie de l’espèce est que l’homme bande – Au commencement était la gaule. (On pourrait aisément en conclure à la phallocratie et au patriarcat, s'il ne fallait que quelqu'un suscitât la gaule en question – devons-nous en déduire qu'« au commencement était Michelle Rodriguez » ??? – mais je digresse.)

Voilà pourquoi la seule constante absolue, dans les religions naturelles, est la vénération du phallus érigé, qui – des obélisques égyptiens aux menhirs celtes, en passant par les lingams de l’Inde – ne consiste pas à déifier les organes génitaux, mais à représenter l’origine des choses, i.e. le Divin, sous sa forme la plus primordiale – donc sa forme la plus pure – donc sa forme suprême.

Par adaptation, les gens du peuple ont, partout et toujours, regardé le symbole ithyphallique comme le grand signe bénéfique – celui qui éloigne le malheur. Et, de même que les Italiens portent une corne priapique autour du cou pour chasser le mauvais œil, les Wotanistes portent le marteau de Thór (talisman dont chacun aura remarqué qu’on peut y voir autre chose qu’un marteau), afin de conjurer les forces hostiles à l’harmonie du monde, c'est-à-dire la menace de Ragnarök.

(Destination Ragnarok, 2011)
Moralité : si vous tenez à ce que le monde s'écroule, parce que vous êtes petit, laid, foncièrement haineux, sadique comme un eunuque et considérez, à l'instar d'Attali, "la nature comme intrinsèquement mauvaise", puritanisez l'humanité.

(J'ai maintes fois abordé ce thème mais c'est, évidemment, Eli Marcus Ravage qui en parle le mieux.)

Amis chers, la lecture de ce jeudi est le Liber LXV : Liber Cordis Cincti Serpente sub figurâ אדני, chapitre 3, versets 11 à 14.

11. Further, I destroyed the time Past, and the time to Come — had I not the Power of the Sand-glass ?

Commentaire : Blocage sur les trauma d'enfance et arrivisme invétéré sont une épouse royale félonne et son frère Iznogoud conspirant contre le Souverain.

12. But in the very hour I beheld corruption.

Commentaire : J'ai dit : "Même le corps de Kim Kardashian recèle un squelette" ; IAO 131 a répondu : "There is a god in my flesh and bones".

13. Then I said: O my beloved, O Lord Adonai, I pray thee to loosen the coils of the serpent !

Commentaire : Souvenez-vous qu'il est permis de prononcer le Nom divin si le verset est cité en entier.

14. But she was closed fast upon me, so that my Force was stayed in its inception.

Commentaire : Lao-Tseu, premier entre les Mages, a dit :
La faiblesse est sublime, la force est méprisable. Quand un homme naît, il est faible et souple. Quand il meurt, il est fort et raide. Quand un arbre croît, il est souple et tendre ; quand il devient sec et dur, il meurt. La dureté et la force sont compagnes de la mort. La souplesse et la faiblesse traduisent la fraîcheur de la vie. C'est pourquoi ce qui a durci ne vaincra pas.
Méditant cela, puissiez-vous aller, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 21° ♓︎ : ☽︎ in 27° ♒︎ : ♃︎ : Ⅴⅴⅰ.

*Il est amusant de noter que Hargrave Jennings utilisait souvent le pseudonyme "Sha Rocco".

mercredi 10 mars 2021

Printemps permanent

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

Long Zoom avec l'indispensable E.E., qui m'a interrogé sur Georgina Rose, naguère qualifiée par moi de "Femme écarlate de la génération".

"Le cas Georgina/Da'at Darling est sans précédent, m'a t-il dit.

"Jusqu'ici, tous ceux à qui j'ai parlé et qui l'encensent de jour, affirment, la nuit tombée, que ses internet drama (menaces de mort, etc.) sont des stunts hystéro totalement bidons, ou des clash qu'elle provoque sciemment pour pouvoir se plaindre et obtenir de l'attention — qu'elle n'est thélémite que lorsque les gros boudins woke de la Wicca, jalouses de son succès, menacent de la cancel — qu'elle est hypocrite, ultra carriériste, méchante comme la gale, emotionally needy et même un peu con.

"Puis, ils repassent en mode white knights et vont lui dire 'Yasss Queen' en ligne.

"Qu'est-ce que, toi, tu penses vraiment d'elle ?"

J'ai répondu :

"On ne peut absolument pas nier son talent, ni le bien immense qu'elle a fait en terme de promulgation.

"Je me moque de savoir pourquoi elle l'a fait.

"Est-elle ce qu'en politique, on appelle un "coucou" ? C'est très probable. Et alors ? Personne, depuis la fin des années 2000 et Frater Oz (qui est le contraire d'une attention whore), n'avait présenté Thelema aux non-Thélémites de façon aussi comestible.

"Ma seule crainte est que Georgina ait, selon le mot du prince de Talleyrand, 'mis le pied sur l'autre versant', c'est-à-dire qu'ayant voulu chèvre-et-chouter les 'gros boudins woke de la Wicca' et rester en périphérie afin de demeurer tout-public dans l'espoir de passer mainstream, elle ne puisse avancer désormais, vers le statut auquel elle aspire, qu'en détruisant systématiquement tout le bien qu'elle a fait.

[UPDATE 22° ♓︎ : Tel est l'humour divin que, quelques heures après la publication du présent billet, Georgina postait, sur YouTube, une vidéo traitant "de l'ésoterisme, de la théologie, des pratiques et de l'histoire de la Wicca." No, srsly.]

"J'ai donc été impeccablement prophétique en la comparant à Napoléon."


Amis chers, la Lecture de ce mercredi est le Liber LXV : Liber Cordis Cincti Serpente sub figurâ אדני, chapitre 3, versets 7 à 10.

7. Close didst thou cling with thy coils unto the heart, and it was as the joy of all the spring.

Commentaire : EE m'a également demandé des précisions sur ce que j'ai écrit de Cordis 2, 44.

Je lui ai dit : "La piété filiale est tellement haut de gamme, que Lilith l'Avorteuse (dont il est ici question), antithèse de la piété filiale, vit au fond de l'océan.

Note : Car oui, la piété filiale marche dans les deux sens : quiconque reste childfree dans l'espoir d'un printemps permanent n'héritera pas de la terre.

8. But I beheld in thee a certain taint, even in that wherein I delighted.

Commentaire : Le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) dit de ce verset: < The Adept analyses this Demon-Queen of his Nephesch. He recalls her sensory appeal, and notes that, the dissolution of all things being inevitable, the love of them leads to sorrow and destruction. >

En effet, se cramponner à n'importe quel segment (agréable ou traumatique) de la Rota de notre existence est aussi sot que vouloir porter un vison en plein mois d'août, sous prétexte que c'est un joli manteau, qu'il va bien à votre personnage et qu'il atteste de votre pouvoir d'achat.

9. I beheld in thee the taint of thy father the ape, of thy grandsire the Blind Worm of Slime.

Commentaire : Je me rappelle avoir écrit de Choronzon, présenté sous les traits de Loki, un texte intitulé De l'Eau sur la Harissa : Loki n'a qu'une blague et elle est vaseuse.
On me dit que Wikipédia décrit Loki comme un "farceur".

C'est très exagéré. En fait, Loki n'a qu'une blague — totalement vaseuse — qu'il ressert inlassablement : elle consiste à tourner autour de chaque individu en lui montrant son poing fermé, et en lui disant : "Tu ne devineras jamais ce qu'il y a dans ma main..." Puis à s'enfuir en courant comme un dératé.

Chacun imagine aussitôt que la main fermée contient exactement ce qu'il convoite le plus au monde, et se rue à la poursuite du fils de Laufey — passe sa vie à courir après lui — jusqu’à ce que finalement vienne l'heure de la mort, que Loki s’arrête, se retourne, ricane, ouvre sa main — laquelle, bien sûr, est entièrement vide...

Le monde est plein d'enfants trauma courant après l'espoir d'une validation égotique, gaspillant leur existence terrestre à draguer un inverti rouquin et sa famille de cassos [Test — Pour vous, le bonheur est-il : 1. Un sarcasme de malvenu posté sur internet ? Une médisance faisant du tort à qui vaut mieux que vous ? Un mensonge valorisant à votre sujet qu'un proche affecte de croire plus de dix minutes ?... 2. La médiocrité tiède, bien-pensante, attentivement télé-7-jours, d'une ménagère de moins de cinquante ans dans sa maison Phénix (Sigyn) ?... 3. Infliger à autrui vos propres blessures affectives (Angrboda) ?... 4. Passer pour "mâle alpha" dans votre village, ou sur Twitter (Fenrir) ?... 5. Obtenir un crédit illimité dans le supermarché où vous avez vos habitudes (Iormungand) ?... 6. L’impunité totale dans l'assouvissement de votre fantasme le plus kinky (Hel) ?... ].

Non seulement Loki court plus vite que vous, mais sa main est vide : les plaisirs vulgaires sont comme l'eau sur la harissa : la soif de l'esclave augmente à mesure qu'il boit — mais il continue à boire...
10. I gazed upon the Crystal of the Future, and I saw the horror of the End of thee.

Commentaire : Lorsque Confucius interrogea Lao-Tseu, premier entre les Mages, le Vieux Maître lui répondit par un conseil que tout Initié pourrait adresser à tout philosophe — ou toute podcasteuse — pressé d'exercer un magistère moral:
Les os de ceux dont tu parles sont déjà tombés en poussière. Il ne nous reste d’eux que des mots.

Lorsque l’heure d’un grand homme a sonné, il obtient le pouvoir et voyage sur son char ; mais lorsque les événements lui sont contraires, il erre à l’aventure, il flotte ici et là...

J’ai entendu dire que le bon marchand cache ses richesses et apparaît démuni ; et s’il détient une plénitude intérieure, l’homme supérieur a l’apparence extérieure d’un sot...

Débarrasse-toi de ton orgueil et de toutes tes ambitions, de tes manières affectées et de tes visées absurdes. Ton caractère ne gagne rien à tout cela. Telle est mon opinion.
Méditant cela, amis chers, puissiez vous aller aujourd'hui sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Beau mercredi à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 19° ♓︎ : ☽︎ in 13° ♒︎ : ☿︎ : Ⅴⅴⅰ.

Précédent commentaire sur ce péricope : It's so lonely at the top of Abiegnus! (2020)

dimanche 7 mars 2021

Sexy cyberphilosopher

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

Un peu avant la Messe, Sr J m'a dit que j'étais un "cyberphilosopher" — ce à quoi j'ai répondu : "and a sexy one !" — et que "sans une solide fondation dans l'histoire de la théologie et celle de la philosophie, Thelema, en tant qu'ensemble d'idées religieuses nouvelles destiné au monde globalisé et numérisé du XXIème siècle, ne fera pas le poids", alors que je lui avais seulement demandé du thé.

Elle n'en a pas moins merveilleusement officié : à hiératisme égal, les sœurs dont le nom magique rime en -el sont les meilleures diaconesses.

Amis chers, la Lecture de ce dimanche est le Liber LXV : Liber Cordis Cincti Serpente sub figurâ אדני, chapitre 2, versets 64 à 65, et chapitre 3, versets 1 à 2.

64. But thou and I are stretched at our ease among the vines ; what is he ?

Commentaire : Le mode "Adepte" se distingue du mode "Scribe" — Or le mode Adepte correspond à Tipheret, la Conscience, l'Humain, le Cœur = l'Adeptat procède de ce qui est propre à l'homme, qui est ce qui est propre au cœur, étymologiquement : le courage.

On sait que le cambrioleur gitan confronté au pitbull, le dompteur de fauves et le prophète jeté dans la fosse aux lions partagent un secret magique : l'animal n'attaque jamais l'homme — il n'attaque que ce qu'il prend pour un autre animal, menaçant (danger) ou inférieur (proie).

Ainsi, le fauve dévore indifféremment le téméraire et le lâche, mais ne touche pas à celui qui, ayant effectivement peur, fait redescendre, apaise, le shoot d'adrénaline : la vibration (le "souffle") du "surmontage de peur" (= définition littérale du courage) signale son humanité à la bête, qui se couche à ses pieds.

Pareil avec les Esprits Malins : l'Adepte est en Tipheret : le prince-prêtre (l'homme-soleil) est plein de courage (plein de cœur), donc les Esprits lui obéissent, c'est tout le Liber Samekh, l'Opération d'Abramelin (Cf. aussi Lampada Tradam face à Choronzon).

65. O Thou beloved One ! is there not an end ? Nay, but there is an end. Awake ! arise ! gird up thy limbs, O thou runner; bear thou the Word unto the mighty cities, yea, unto the mighty cities.

commentaire : Le Maître Ever, d'éternelle mémoire, dit de ce verset : < It will be noted that the Adept echoes the question of the "little crazy boy‟. The same answer is given, there is no end to rapture ; but there is an "end" — a purpose — in it. >

Du sens de la vie : Nous tournons — circulons, au sens strict — éternellement, mais la Rota est une spirale : l'objectif est de se rapprocher du centre, comme il est écrit : < Be thou Hadit, my secret centre > (AL 1, 6), < I am everywhere the centre > (AL 2, 3), < I am the axle of the wheel > (AL 2, 7).

✴✴✴

Amis chers, nous entamons l'étude du Chapitre 3.

1. Verily and Amen ! I passed through the deep sea, and by the rivers of running water that abound therein, and I came unto the Land of No Desire.

commentaire : No Desire est la destination, ce qui, en vertu du principe Tav-Aïn, "du Tout au Rien", signifie, non que le désir est mauvais, mais que le désir est le point de départ — Analogie érotique évidente.

Le début de notre voyage spirituel, — c'est-à-dire, en fait, chaque fois que nous prenons la décision de nous fortifier et de nous renouveler, — est invariablement semé d'obstacles — Nous subissons des jours sombres et mornes, des épreuves qui nous donnent envie d'abandonner.

puiser les réserves de force nécessaires à avancer ? — A la source même de notre âme : notre désir du Divin.

Peu importe ce qui nous arrive, peu importe à quel point nous dégringolons, nous ne devons jamais abandonner notre désir ardent du Divin — Nous devons considérer chaque jour comme une opportunité nouvelle de nous attacher à la praxis et de régénérer notre impulsion spirituelle.

Quiconque entonne le Chant s'identifie à Ankh-af-na-khonsu — C'est extrêmement difficile à comprendre — Comment pourrions-nous accéder au niveau du prêtre des princes ?

Voici : karmiquement, lorsque quelqu'un a l'intention d'accomplir une Opération (ou une Ascèse, ou une action méritoire, etc.), mais ne peut, physiquement, la terminer, on considère que c'est comme s'il avait accompli la chose — Il est vrai qu'aucun d'entre nous ne pourra atteindre à la hauteur spirituelle d'Ankh-af-na-khonsu — Cependant, nous pouvons vouloir être Ip
ssissimus autant que le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) voulait être Ipssissimus.

Même si je commet énormément d'erreurs, même si je peux prévariquer, mon désir passionné du Divin me permet, au final, de faire ce que je veux.

2. Wherein was a white unicorn with a silver collar, whereon was graven the aphorism Linea viridis gyrat universa.

commentaire : Linea viridis gyrat universa = "La ligne verte tournoie autour de l'univers", formule dont le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) dit : < The boundary of Existence is thus not a fixed idea, but an ever-growing Vegetable Principle of Life, of the nature of Love. Summing up the doctrine, one may say that the intelligible expression of the pure creative Idea is the omniform principle of Growth. >

Telle est donc la nature divine — la nature de DIEU — elle-même.

Or, de la nature divine, c'est-à-dire du plus haut niveau d'existence possible, Lao-Tseu, Mage primordial, affirme : < l'homme totalement accompli est comme un nouveau-né. >

Le puer aeternus, Heru-ra-ha, i.e. DIEU objectivable, but de notre Ascèse, est donc cela : < an omniform principle of Growth. >

Ainsi donc, croissez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 17° ♓︎ : ☽︎ in 8° ♑︎ : ☉︎ : Ⅴⅴⅰ.

jeudi 4 mars 2021

Hurrah Hurrah Apocalypse

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

"Il ne faut jamais écouter les fleurs" : tel le Petit Prince chez l'allumeur de réverbère, je ne comprends rien à l'espèce étrange au sein de laquelle je me trouve momentanément incarné.

Par exemple, tout le monde répète aujourd'hui, sur un ton d'effarement piteux et un an après la bataille, que le canular du covid-19 a pour objet de "détruire la classe moyenne" et les "valeurs chrétiennes", mais il ne vient à l'idée de personne de poser la seule question véritablement cruciale qui est, en l'occurrence :

Et alors ?

Avez-vous déjà rencontré un trog qui ne soit pas une petite ordure ? Avez-vous déjà rencontré un curé qui ne soit pas une petite ordure sournoise ?

Hurrah Hurrah Apocalypse ! comme disaient Army of Lovers — La vraie difficulté est de ne pas se réjouir du malheur de monsieur Homais : < For these fools of men and their woes care not thou at all ! > (AL 1, 31) — care not thou at all, c'est-à-dire : ne leur viens, certes ! pas en aide, mais abstiens-toi de jouir trop bruyamment du spectacle de leur agonie.

(En fait de christianisme, j'aime à rappeler que la dernière personne — appelons-la : "Raclure" — qui ait qualifié devant moi Sir Aleister Crowley de "pervers", avait pour mentor Thomas-Marie Philippe, curé suspendu pour agressions sexuelles, qui cofonda les "communautés de l'Arche" avec Jean Vanier, coupable d'un nombre ahurissant de viols sur des enfants handicapés.

Raclure était également oblate — more like "aux blattes", amirite ? — de la "Communauté St-Jean", dont le fondateur, Marie-Dominique Philippe, frère du précédent, a commis tant de viols que les propres moines de l'Ordre créé par lui ont demandé à être rétroactivement attachés à un autre fondateur (!)

Raclure, enfin, était mécène du pédocriminel multirécidiviste Hyacinthe-Marie Houard, jésuite enculeur de scouts et sadique avéré, dont la dernière œuvre notable en ce monde fut le viol de deux fillettes de dix ans.)

Je suis heureux que ce margouillis de larbins vicelards, de traîtres médiocres et de nains envieux qu'on appelle "population occidentale" voie son existence entièrement détruite, ses enfants gavés de bloqueurs d'hormones, toutes ses possessions terrestres confiées à Bill Gates et à Jeff Bezos qui, eux, sont des gens passionnants !

Confinez, ruinez, bâillonnez, vaccinez les tous ! Livrez leurs femmes à Daech et leurs curés aux lions !

Amis chers, la Lecture de ce jeudi est le Liber LXV : Liber Cordis Cincti Serpente sub figurâ אדני, chapitre 2, versets 52 à 55.

52. All night they danced and sang; but Thou art the morning, O my darling, my serpent that twinest Thee about this heart.

Commentaire : Ça me rappelle  il advint, durant ma folle jeunesse, qu'un jeune homme extrêmement poli fît irruption dans le bar de nuit où j'avais mes habitudes, pour me signaler que son frère jumeau, pour lequel je l'avais pris tout d'abord et qui m'avait invité à déjeuner le lendemain même, m'attendrait, à notre rendez-vous, en compagnie d'un "gigantesque black" chargé de m'"exploser la tête", en représailles d'une mienne frasque dont le détail m'échappe aujourd'hui.

Mes deux meilleurs amis (C-A et F-X) se rendirent donc au "déjeuner" à ma place, équipés de Beretta énormes au moyen desquels ils contraignirent le "gigantesque black" à "exploser la tête" de son commanditaire, lequel ne s'est, depuis, plus déplacé qu'en fauteuil roulant et exerce la profession "RQTH" de veilleur de nuit dans un hôtel.

Je me suis longtemps interrogé sur le sens profond de cette aventure et j'ai compris ceci : mon rapport aux deux jumeaux est le rapport que l'homme entretient simultanément avec son Saint Ange Gardien et avec Choronzon : l'intervention du Saint Ange préserve des pièges tendus par "la créature aveugle de la fange", de sorte que l'homme, par l'usage raisonné de ses vertus (= amis), peut faire tomber "l'Ombre" dans son propre piège, i.e. faire que le mauvais penchant serve, bon gré mal gré, son Vrai Vouloir : c'est la définition de l'Opération d'Abramelin.

53. I am the heart, and Thou the serpent. Wind Thy coils closer about me, so that no light nor bliss may penetrate.

Commentaire : De ce verset, le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) dit : < I am the feminine sense that accepts the embrace of the male H.G.A. I demand closer contact: even the light and bliss of Rapture distract me from the Union with him. >

Voie du T-rex : quelle que soit la chose qui vous distrait de votre Vrai Vouloir, elle est mauvaise.

54. Crush out the blood of me, as a grape upon the tongue of a white Doric girl that languishes with her lover in the moonlight.

Commentaire : Pourquoi < Doric > ? Les doriens ne sont-ils pas des Grecs, c'est à dire, au plan magique, l'abomination de Procuste ?

Au contraire : le chef d'œuvre de l'art dorique est le Parthénon, dont les pierres de guingois attestent que la géométrie euclidienne n'a aucun rapport avec la réalité phénoménale.

Le défaut essentiel de l'homme est de vouloir une chockhmah définitive, i.e. une formule virtuelle qui domestique immanquablement la vie, tel le joueur de poker mémorisant, en vain, des statistiques inapplicables, ou la World Company se fiant aux algorithmes pour empêcher, en 2016, l'élection de Trump.

Ce déplorable trait masculin (besoin d'un axiome théorique qui règle le problème une fois pour toutes) se retrouve jusque dans le point le plus important de l'incarnation terrestre : notre rapport aux femmes.

Regardez ce qui se dit sur les sites " de droite" :

A - Il suffit d'être riche et la femme est soumise. C'est biologique.
B - La femme de Jeff Bezos a divorcé...
A - Salope ! Même la fortune de Jeff Bezos ne lui suffit pas !

A - Il suffit qu'un homme soit riche et célèbre, et la plus belle femme du monde lui obéira, même s'il est noir. C'est biologique.
B - Kim Kardashian a divorcé...
A - Salope ! Même un rappeur milliardaire qui a battu le record de MJ en 2016 ne lui suffit pas !

A - Si un homme est beau, riche et célèbre, il fera ce qu'il veut de sa femme. C'est biologique.
B - La femme de Brad Pitt a divorcé...
A - Salope ! Même Brad Pitt ne lui suffit pas !

Le gag, c'est qu'A est terrifié à l'idée que sa prémisse pourrait, éventuellement, être fausse...

55. Then let the End awake. Long hast thou slept, O great God Terminus ! Long ages hast thou waited at the end of the city and the roads thereof. Awake Thou ! wait no more !

Commentaire : Lao-Tseu, premier entre les Mages, dont c'est demain la Lesser Feast, avait coutume de dire : < Il n'y a pas de chemin vers le bonheur; le bonheur, c'est le chemin. >

Ainsi donc, allez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Belle journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 14° ♓︎ : ☽︎ in 23° ♏︎ : ♃︎ : Ⅴⅴⅰ.

Précédent commentaire sur ce péricope : Gematria ∞ (2020)

mercredi 3 mars 2021

Sir Shumule dans le parc

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

Soror N est en mode "Encore Plus Déesse Tutélaire de la Femme Fatale Attitude que la Salomé de Frantz von Stuck" et m'enjoint, avec son usuelle prolixité vertigineuse :
reposte qd tu fais la conf sur les runes je le trouve plus
Ma foi — "oreilles attentives et bon vouloir", comme on dit dans les Mille et Une Nuits : j'imagine qu'elle fait allusion à la mienne légendaire Epître aux Génies Canons, dorénavant (donc) consultable ici.

Amis chers, la Lecture de ce jour est le Liber LXV : Liber Cordis Cincti Serpente sub figurâ אדני, chapitre 2, versets 48 à 51.

48. O my Lord, my beloved ! How shall I indite songs, when even the memory of the shadow of thy glory is a thing beyond all music of speech or of silence ?

Commentaire : De ce verset, le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) déclare : < All this is altogether beyond expression >, ce qui m'a, autrefois, suggéré d'explorer la chose en astral.

Je cite mon Registre Magique du 28 juin ⅠⅤⅹⅴ :
Passé la porte sur laquelle, à l'intérieur du Temple, est gravé Cordis 2, 48, et me suis trouvé au pied d'une montagne entourée de champs d'iris.

Après un moment de marche le long d'une rivière, arrivé devant un lagon (qui, au plan pictural, rappelait celui de Royan en été), près duquel tout était nimbé de ce que j'appellerais une spiritualité supérieure.

Je dirais, rétrospectivement : la vibration était paisible-qui-apaise : une paix pacifiante.

L'étrange est que je me trouvais exclusivement entouré de symboles spécifiques à Chokhmah, alors que l'iris est attribuée à Chesed — il est vrai que Chesed s'alimente à Chockhmah...

49. Behold ! I am a man. Even a little child might not endure Thee. And lo !

Commentaire : De ce verset, le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) dit : < A man, having fixed ideas of truth, finds it terrible when they are all shattered, as they are in this experience. >

Nous savons, depuis l'Erreur de Descartes, que toute remise en cause de ses fixed ideas of truth entraîne, chez l'homme, une destruction neuronale effective et terriblement douloureuse.

Thierry Meyssan, hélas ! n'a jamais compris qu'il faisait souffrir les gens en disant qu'un avion de trente-trois mètres de diamètre ne peut pas traverser une paroi solide en n'y laissant qu'un trou de dix-neuf mètres de diamètre.

Inversement, l'opération Covid-19 est un fiasco, parce que les restrictions imposées au peuple, dans le processus d'instauration de l'état policier global, sont désormais plus douloureuses que le simple fait d'admettre la vérité toute crue, que ce virus n'a, évidemment, jamais existé, comme Sir Shumule vous le serine depuis le 15 mars 2020.

50. I was alone in a great park, and by a certain hillock was a ring of deep enamelled grass wherein green-clad ones, most beautiful, played.

Commentaire : Un jour que je rendais visite à mon Maître, celui-ci m'encouragea à aller marcher seul dans le parc splendide de son domaine, ajoutant qu'aucune initiation n'était vraiment "concevable" (sic) qu'elle ne comportât cette promenade.

Ce n'est que beaucoup plus tard que je compris la profondeur de cette parole étrange, en lisant ce commentaire du Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) : < The park is the world of well-planted and carefully tended Ideas. >

51. In their play I came even unto the land of Fairy Sleep. All my thoughts were clad in green; most beautiful were they.

Commentaire : Le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) dit en substance de ce verset qu'il est la définition du bonheur.

Le bonheur s'obtient donc en vivant sans contraintes — comme il est écrit < Bind nothing ! > (AL 1, 22), — en évitant les honneurs — comme il est écrit < they that see thee shall fear thou art fallen > (AL 2, 53) — et en poursuivant ses rêves de jeunesse — comme il est écrit < the sun of midnight is ever the son > (AL 3, 74).

Et nous concluons comme Bacbuc, la noble Pontife : Allez, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Belle journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 13° ♓︎ : ☽︎ in 12° ♏︎ : ☿︎ : Ⅴⅴⅰ.

Précédent commentaire sur ce péricope : Brunch à bord d'un vaisseau spatial (2020)

mardi 2 mars 2021

Je hais la philosophie morale

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

Kim Kardashian revient, si j'ose dire, sur le tapis.

Contexte : en octobre 2019 e.v., la veille de Samhain, un Anonyme postait, sur mon ancien blog, la remarque suivante :
A mon avis vous êtes même assez vieux pour avoir la sextape de KK en VHS.
A quoi je répondis :
Bien mieux, ami : je détiens l'enregistrement master de la chose !

C'est toute un histoire...

En 2002, je vivais avec Kim Kardashian et je m'ennuyais ferme : certes ! elle était riche et belle, et je bande hyper dur au seul mot d'"Arménienne". Mais elle était aussi, — je regrette de le dire,  fleur bleue, gnangnan, vanilla, collante, refusait obstinément que je la sodomisasse, etc. Vous voyez le tableau. Je dilapidais l'héritage de son papa Robert pour tuer le temps et pensais à sa maman Kris lorsque nous faisions l'amour.
Or, voici qu'un rappeur de Xème zone, appelé Ray J, vint me trouver pour me dire qu'il fantasmait comme un hanneton sur Kim, que ça tournait à la névrose et qu'il était prêt à me verser énormément d'argent pour coucher avec elle !

Imaginez ma tête à cette déclaration !

Oh, bien sûr, l'idée de cruellement livrer mon innocente amoureuse archi BCBG, issue de la jet society, aux bas instincts de cet affreux thug, issu de la lie du ghetto, enflammait ma lubricité, mais je tenais, d'une part, à faire languir Ray J,  afin d'être sûr que, le moment venu, Kim prenne vraiment cher , et, d'autre part, évidemment, à être témoin de la scène.
Je fis donc mine d'hésiter. Ray J, sur des charbons ardents, devint pressant, insistant, suppliant. Je me mis à négocier comme un maquignon, pour, habilement, lui dire, à la fin, que je me contenterais, en fait, d'une somme dérisoire (le prix d'une jolie maquette de bateau d'occasion, aperçue la veille dans la vitrine d'un bric-à-brac, et qui me faisait très envie) pourvu qu'il filmât ses ébats et m'en remît la vidéo. Ray J me dit que j'étais dur en affaire, mais consentit, et nous topâmes.

Restait à persuader Kim, qui a un fond snob et était, à l'époque, excessivement raciste.

Je connais, grâce au Ciel, un puissant sortilège, utilisé par les kwimbanderos faiseurs de zombies, qui, joint à une mixture à base de tétrodotoxine, endommage irréversiblement le cerveau : c'est ainsi que se renouvelle le personnel des bordels brésiliens et que se recrute la main d’œuvre agricole des grandes hacienda. Par ruse, je soumis Kim à ce traitement et fit en sorte qu'elle fût, dès lors, persuadé de n'avoir pas d'autre fonction dans l'univers qu'assouvir la luxure des rappeurs noirs.

On peut dire que c'est efficace ! :D (Note : Sa famille tentera plus tard un désenvoûtement pour la marier à Kris Humphries, mais le mariage durera 72 jours, au cours desquels Kim trahira Humphries avec K. West, lequel la mettra enceinte avant que le divorce soit prononcé. Lol.)

J'envoyais ensuite Kim, désormais incapable de volonté propre, passer son anniversaire au Mexique avec Ray J  and the rest is history, comme on dit ! Ray J tint parole et je n'eus pas à regretter ma peine. Finalement, en 2007, lassé du côté amateur et répétitif du film, j'en vendis les droits à Vivid pour une somme absolument monstrueuse.
(Seule ombre au tableau : la maquette n'était pas terrible en fait. J'ai préféré dépenser au flipper le petit pécule remis par Ray J.)

Joyeux Halloween !
Or, la nuit dernière, un autre Anonyme m'a écrit que la publication de ce texte (dont il dit "comprendre qu'il s'agit d'une glose sur l'enlèvement de Rind"), jointe à mon récent commentaire sur Cordis 1, 13, lui pose "un vague problème éthique" et me somme de m'expliquer.

L'ennui c'est que, personnellement, je hais la philosophie morale.

Mais enfin, socratisons, ami, puisque vous y tenez ! — La question est donc :
Ai-je moralement le droit de droguer une jeune femme BCBG, innocemment éprise de moi, afin de pouvoir la regarder se faire sauvagement violer par un détestable et repoussant thug ?
Agathon : Cela est mal.

Protagoras : En quoi cela est-il mal ?

Agathon : Le corps de cette jeune femme n'appartient qu'à elle.

Protagoras : J'en conviens et n'exige nullement de commander son corps. Je dis, en revanche, qu'on ne peut me dénier le droit de manipuler des substances chimiques qui paralysent son esprit.

Agathon : Cela est mal.

Protagoras : En quoi cela est-il mal ?

Agathon : Si quelqu'un te droguait pour te regarder prendre une bite dans la bouche, serais-tu d'accord ?

Protagoras : Certes non. Mais je ne serais pas non plus "d'accord" pour aller en prison après avoir commis un crime ; or cela ne signifie pas qu'il soit "mal" d'envoyer un criminel en prison.

Agathon : Mais droguer ton amoureuse sans son consentement est, précisément, criminel.

Protagoras : De même que désobéir à son maître était criminel de la part d'un esclave. La loi des hommes n'est pas toujours juste.

Agathon : Posséder des esclaves est-il mal ?

Protagoras : Oui, car l'homme mérite de jouir du fruit de son labeur. En quoi était-il "bien" que les esclaves se rebellassent contre leurs maîtres ?

Agathon : Pour la même raison : le droit de jouir du fruit de leur labeur. Ce n'est pas seulement un droit, mais un devoir que de s'opposer à une loi injuste. La vraie justice transcende les lois et les coutumes.

Protagoras : Qu'est-ce qui détermine la vraie justice d'une cause ?

Agathon : La mesure dans laquelle cette cause mène le plus grand nombre d'individus à ressentir le plus haut degré de joie et de contentement et le plus bas degré de peine et de souffrance pendant la période la plus longue.

Protagoras : Le thug et moi sommes deux personnes. Mon amoureuse est une personne. Deux personnes heureuses pour une seule personne malheureuse attestent, selon ta propre définition, de la justice de ma cause. Et étant donné que mon amoureuse n'aura même pas conscience que la chose a lieu, nous avons deux personnes heureuses et aucune personne malheureuse : en quoi cela pourrait-il être "mal" ?

Agathon : Il se peut qu'elle découvre a posteriori que la chose a eu lieu.

Protagoras : Dans ce cas, nous aurons, de nouveau, une personne malheureuse pour deux personnes heureuses.

Agathon : Si un homme commence à droguer sa fiancée pour regarder une racaille dangereuse la défoncer par tous les orifices, il établit un précédent qui donne licence aux autres hommes de faire de même. Si nous vivons dans une société où tout le monde agit ainsi, cela mène au chaos.

Protagoras : C'est là un argument purement spéculatif, qui fut souvent avancé en faveur du maintien de l'esclavage et de l'interdiction faite aux femmes de voter.

Agathon : Justement : ton amoureuse a des droits.

Protagoras : Certes. Ce n'est pas cela que je conteste. Mais pourquoi a t-elle des droits ?

Agathon : Car les humains naissent avec des droits imprescriptibles.

Protagoras : Quels sont ces droits ?

Agathon : La vie, la liberté et la propriété.

Protagoras : Donc les gens ont le droit de ne pas payer d'impôts ?

Agathon : Non. L'impôt est l'obligation faite à l'homme de remplir sa part du contrat social en subvenant à l'entretien de l'Etat — et s'il constitue, selon certains, une légère entorse au droit à la propriété, il n'entrave en rien, par exemple, le droit à la liberté.

Protagoras : En quoi ce droit à la liberté implique t-il celui de n'être pas drogué à son insu par l'homme que l'on aime et en qui l'on a confiance ?

Agathon : En ce qu'il implique celui de ne pas prendre les drogues que l'on ne veut pas prendre.

Protagoras : Il implique, par conséquent, celui de mettre des drogues où l'on veut et, donc, pour moi, celui d'en mettre dans la tasse de thé de mon amoureuse. Sa liberté est-elle plus sacrée que la mienne ?

Agathon : Est-ce à dire que ton droit de mettre quelque chose dans son thé est égal à son droit de n'être pas droguée ?

Protagoras : Non. Mais son droit d'avoir un cerveau qui fonctionne comme elle le veut ne prime pas sur mon droit d'utiliser ma main comme je le veux. S'il me plaît de passer ma main au dessus de son thé fumant et d'ouvrir les doigts, personne ne peut me l'interdire. De la même manière, nul ne peut la forcer à boire ce thé, si elle découvre ce qu'il y a dedans. M'interdire de bouger le bras et d'ouvrir la main est un acte de violence égal à celui de la forcer à boire le contenu de cette tasse qui l'empêchera d'utiliser son cerveau comme elle le veut.

Agathon : Mais tu l'empêches précisément d'utiliser son cerveau comme elle le veut !

Protagoras : Non. Je m'abstiens simplement d'utiliser mon cerveau et ma bouche pour la mettre en garde contre ce qui se trouve dans cette boisson. Aucune violence en cela. Je ne fais que laisser tomber un produit chimique inanimé dans un récipient, lequel n'a aucun droit puisque il n'est pas un être conscient.

Agathon : Un thug qui throat fucks ton amoureuse n'est-il pas violent ?

Protagoras : Non, puisque grâce à la drogue, mon amoureuse n'est plus, à ce moment, un être conscient et n'a, par conséquent, aucun droit.

Agathon : C'est pourquoi l'on ne peut mesurer la morale au seul niveau individuel. Les groupes ont également des droits en tant que groupes, parce qu'ils partagent un destin collectif. Droguer ton amoureuse, c'est permettre aux hommes de traiter les femmes comme leur propriété. C'est contraire à tout le concept de l'égalité homme-femme.

Protagoras : Non. C'est la continuation logique de ce concept. J'ai dit que vouloir me droguer pour abuser de moi ne peut être qualifié de "mal". Si les femmes voulaient faire cela aux hommes, je défendrais leur droit de le faire. Il y a également une question d'équité dans le fait de livrer le corps de mon amoureuse évanouie à un être physiquement disgracié et socialement défavorisé qui, en des circonstances ordinaires, ne pourrait y avoir accès : inconsciente, elle est une propriété et l'accès à la propriété, étant, comme tu l'as dit, un droit inaliénable de la personne humaine, il ne peut être l'apanage d'une élite.

Agathon : Tuer ton amoureuse dans son sommeil ne poserait donc aucun problème moral ?

Protagoras : Si  : ce serait la priver de son droit à la vie.

Agathon : Elle a donc droit à la vie, mais non à la dignité ?

Protagoras : En quoi sa dignité est-elle plus importante que la mienne ?

Agathon : En quoi ta dignité est-elle, en l'occurrence, menacée ?

Protagoras : En ce qu'on prétend me refuser le droit de regarder ma très belle et très sophistiquée amoureuse, issue des hauts rangs de la société, se faire face fuck par un être brutal, primaire et d'ignoble extraction : on me refuse le droit à la poursuite du bonheur (au sens Jeffersonien du terme), donc ma dignité d'homme.

etc.
J'arrête :D

C'était, bien entendu, pour le coup, une glose sur < they are the slaves of because > (AL 2, 54),< all their words are skew-wise > et < reason is a lie > (AL 2, 32) : la philosophie morale est une coproscopie des excréments de Choronzon et l'homme ratiocinant est < damné comme un chien > (AL 2, 33).

Amis chers, la Lecture de ce mardi est le Liber LXV : Liber Cordis Cincti Serpente sub figurâ אדני, chapitre 2, versets 44 à 47.

44. Thou canst not charm the dolphin with silence, O my prophet!

Commentaire : Celui qui comprend en quoi ce verset enseigne que l'homme qui a mérité la vertu de piété filiale et l'applique à la manière des Anciens aura pour descendant un être noble et intérieurement doux, et que cela procède du mystère de < l'un dans le huit > (AL 2, 15), celui-là est un géant dans l'étude < des nombres & des mots > (AL 2, 75) ou a eu le même Maître que moi...

45. Then the adept was rapt away in bliss, and the beyond of bliss, and exceeded the excess of excess.

Commentaire : Le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) dit de ce verset : < Extravagant phrases attempt to record the Event >

Le Maître Ever, d'éternelle mémoire, répond : < Not so extravagant: they intimate bliss, and then transcendence of the normal limits of consciousness into another state where parameters cannot be found. >

Je dis moi que ce verset nous invite, précisément, à ne pas disputer de ce qui dépasse totalement la conscience humaine (voir mon commentaire sur Cordis 1, 59), donc à se concentrer sur ce qu'il enseigne au plan de l'Ascèse, en l'occurrence la Troisième pratique de l'Ethique :
Let the Aspirant strengthen his body by all means in his power, and let him with equal pace refine all that is in him to the true ideal of Royalty. Yet let his formula, as a King's ought, be Excess. (Liber DLV, 21)
46. Also his body shook and staggered with the burden of that bliss and that excess and that ultimate nameless.

Commentaire : On parle toujours de "l'interdiction de prononcer les Noms divins", alors que l'interdit porte sur le fait de prononcer ces Noms "en vain", i.e. dans une conversation profane.

DIEU Lui-même est nameless, Celui-que-l'on-ne-peut-nommer-car-Il-n'a-pas-de-nom.

Du coup, il est le Saint, i.e. l'Improfanable Soi-même.

Chacun des Noms par lesquelles nous L'invoquons est une Formule magique contractant un de Ses Attributs, i.e. un de Ses Degrés de manifestation, et, donc, les Pouvoirs propres à celui-ci.

Le nom individuel d'un être indique sa nature : votre prénom est la formule de votre Neshamah, i.e. votre Thélème rendu compréhensible : c'est pourquoi vous détestez le voir porter, dans un film, par un personnage antipathique ou ridicule.

La profanation d'un prénom est spirituellement incapacitante (si vous connaissez un Adolphe, un Régis ou une Karen, posez-lui la question...) Votre prénom est, pour vous, sacré, c'est-à-dire qu'il est, non pas une formule "improfanable" (= sainte), mais une formule "qui-fonctionne-à-la-condition-qu'on-ne-la-profane-pas" (= sacrée) : même chose pour les Noms divins.

DIEU étant Aïn, on ne peut pas (can not) prononcer Son Nom ; les Noms divins étant les Attributs de DIEU, on ne peut pas (may not) les prononcer en vain.

47. They cried He is drunk or He is mad or He is in pain or He is about to die ; and he heard them not.

Commentaire : Le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) dit de ce verset : < The observer (others, or his own rational mind) misunderstands what is happening >, ce qui nous renvoie aux considérations faites au sujet de l'Atu Zéro dans notre commentaire sur Cordis 1, 16.

L'Hermite n'a plus d'I am I, car il a relié toutes les parties en Un, comme il est écrit : < I am alone > (AL 2, 23), c'est-à-dire I am all one. Or, l'Un étant DIEU et DIEU ne pouvant être nommé (cf. verset 46), les gens du commun ne parviennent pas à mettre un nom sur ce qu'est au juste cet homme étrange.

Etant < alone >, il est Hadit ; étant Hadit, il est un serpent et les serpents sont sourds : l'Hermite n'entends pas le babil du vulgaire et, Hadit étant < celui qui va > (AL 2, 7), il poursuit son chemin d'un cœur léger.

Puissiez-vous également, amis chers, aller sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Bonne journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 12° ♓︎ : ☽︎ in 25° ♎︎ : ♂︎ : Ⅴⅴⅰ.

Précédent commentaire sur ce péricope : A l'heure où les ténèbres n'ont aucun pouvoir (2020)

lundi 1 mars 2021

Farabuleux amoraliste

Amis chers, gens beaux et heureux,

Do what thou wilt shall be the whole of the Law.

J'ai reçu, cette nuit, d'Antonin Emogoth, un mail qui comportait, entre une foultitude d'autres choses, la proustienne indiscrétion suivante :
Sire, au cours des dix dernières années, on vous a surnommé successivement "le Roi des blogueurs", "Saint-Simon sous acide", "le Shah de Chester", "Roi barbare mérovingien parachuté dans l'occident judéo-chrétien démocratique et décadent", "Théropode à Monocle", "le Grand Masturbateur", etc. Mais vous ne nous avez jamais dit qui étaient vos vrais modèles. Aleister Crowley ? Raspoutine ? Nietzsche ?
Ni l'un, ni l'autre, ni le troisième — Les seuls personnages de l'histoire humaine — ou, du moins, de sa littérature — avec lesquels je me sente une "amitié stellaire" sont Pétrone, Edward Sellon et le docteur Hunter Thompson.

Notez que les trois se sont suicidés.

(Hunter a, techniquement, été abattu par la CIA : il s'est donc bel et bien suicidé en annonçant, à la télévision, son ouvrage sur le 11-septembre.)

Autrement, c'est aujourd'hui que l'Eglise Gnostique Catholique célèbre Marcus Valerius Martialis, de sainte mémoire — farabuleux amoraliste, virtuoso de l'Epigramme, parfait magicien ès-Lettres latines et satire cruelle.


Soit, en vrac, quelques traits du maître :
Le livre que tu lis en public est de moi, Fidentinus ; mais comme tu le lis mal, il commence à être de toi. (Epigrammes 1, 38)
Tu me demandes ce que me rapporte mon domaine de Nomentum, Linus ?
Il me rapporte ceci : je ne t’y vois pas, Linus.
(2, 38)
Tu ne donnes jamais lecture de tes vers et tu veux, Mamercus, passer pour poète.
Sois ce que tu veux, pourvu que tu ne donnes jamais lecture de tes vers.
(2, 88)
Tu ne te plains de personne, tu ne médis de personne, Apicius ;
la rumeur veut pourtant que ta langue soit malhonnête. [Apicius était un fellateur]
(3, 80)
Toutes les amies qu’a eues Lycoris, Fabianus,
elle les a mises au tombeau : puisse-t-elle devenir l’amie de ma femme !
(4, 24)
Pourquoi, Thaïs, dis-tu sans cesse que je suis trop vieux ?
Personne n’est vieux, Thaïs, pour se faire sucer.
(4, 50)
Tu n’as jamais rien vu, Matho, de plus pitoyable que le sodomite Sabellus,
alors qu’il n’y avait pas auparavant plus heureux que lui.
Vols, fuites et morts d’esclaves, incendies, deuils
l’accablent, et en plus le malheureux doit besogner des femmes.
(6, 33)
Pourquoi je ne t’envoie pas mes livres, Pontilianus ?
C’est pour que tu ne m’envoies pas les tiens, Pontilianus.
(7, 3)
Vous me demandez pourquoi je ne veux pas me marier
avec une femme riche ? Je ne veux pas être l’épouse de ma femme.
(8, 12)
Lesbia jure qu’on ne l’a jamais besognée gratuitement.
C’est vrai. Quand elle veut être besognée, elle paye.
(11, 62)
En une nuit je peux le faire quatre fois ; mais que je meure
si avec toi, Telesilla, je peux le faire une fois en quatre ans !
(11, 97)
Tu promets tout quand tu as passé la nuit à boire ;
mais le matin tu n’acquittes rien. Pollio, bois le matin !
(12, 2)

Amis chers, la Lecture de ce lundi est le Liber LXV : Liber Cordis Cincti Serpente sub figurâ אדני, chapitre 2, versets 40 à 43.

40. The harper also laid aside his harp, and played infinite tunes upon the Pan-pipe.

Commentaire : De ce verset, le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) dit : < Transform [your thought] by looking at it as a necessary and important fact in the framework of the Universe >, ce qui nous renvoie à certaine anecdote familliale, narrée par moi à l'occasion de Cordis 1, 33.

41. Then the bird desired exceedingly this bliss, and laying down its wings became a faun of the forest.

Commentaire : De ce verset, le Maître Therion (qu'il soit béni et vénéré) tire cette injonction : < Having instructed [men] till they are really complete and ready for true initiation, tell them Truth. >

C'est en ce sens qu'il disait aussi : "Quand un élève me demande de lui enseigner la Vérité, je commence par aller enseigner le calcul différentiel à un Bushman."

42. The harper also laid down his Pan-pipe, and with the human voice sang his infinite tunes.

Commentaire : Le malheur, la souffrance, proviennent d'une incompréhension de la trame générale des événements, de même que les partitions de chaque instrument d'un orchestre peuvent sembler effroyablement disparates à qui n'a pas procédé au déchiffrage de l'ensemble de l'œuvre (cf. scène de la composition du Requiem dans le film Amadeus : le sufferer [AL 1, 49] est Salieri, "Je ne comprends pas, je ne comprends pas...", à quoi Mozart répond : "Tout cela est en harmonie !!!") — Si l'on a foi en le Compositeur, on ne tarde pas à comprendre que ce qui nous arrive est pour le bien de nos oreilles (i.e. de notre Esprit) : on ne souffre plus.

43. Then the faun was enraptured, and followed far; at last the harper was silent, and the faun became Pan in the midst of the primal forest of Eternity.

Commentaire : D'aucuns soutiennent qu'après celle décrite par François Rabelais, de sainte mémoire, la plus impeccable Abbaye de Thélème fut la réunion des Sept Sages de la forêt de bambous, qui n'étaient pourtant pas, à proprement parler, Thélémites et ne vivaient pas, à proprement parler, dans une Abbaye.

Qui sait ?

Puissiez-vous aller, amis chers, sous la protection de cette sphère spirituelle dont le centre est partout et la circonférence nulle part et que nous appelons DIEU.

Bonne journée à tous.

Love is the law, love under will.

- ☉︎ in 11° ♓︎ : ☽︎ in 12° ♎︎ : ☽︎ : Ⅴⅴⅰ.